Article en vedette

Incendie dans un immeuble à Gentilly, 6 squatteurs évacués

Un incendie s’est déclaré sur l’avenue Paul Vaillant-Couturier à Gentilly, Val-de-Marne (94), peu après 8h mardi matin. Le feu a pris dans un petit immeuble désaffecté de deux étages, anciennement hôtel. Six squatteurs ont été évacués, indique un pompier à notre reporter sur...

Lire plus

scurit incendie

Nouvelles alertes et un kit de survie pour l’application SAIP

Publié par admin | Classé dans Articles sécurité incendie | Publié le 15-03-2018

0

L’application SAIP gère maintenant 11 alertes majeurs destinées à la protection de la population.

L’application Système d’Alerte et d’Information aux Populations (SAIP) est destinée à avertir toute personne dans son secteur d’un évènement majeur grave. Cette application téléchargeable sur android et IOS fonctionne en arrière plan. C’est à dire qu’une fois téléchargée sur son smartphone, lorsqu’un incident comme une menace terroriste ou un accident industriel, l’utilisateur est informé sur l’origine du sinistre avec une notification et délivre des conseils sur les conduites à tenir.

L’application permet également à l’utilisateur, même non géolocalisé, de recevoir des notifications d’alertes de zones prédéterminées différentes. Il est ainsi possible d’enregistrer jusqu’à huit zones géographiques (codes postaux, communes) pour permettre à chacun d’être informé en cas d’alerte chez un proche, par exemple.

L’application SAIP prend maintenant en compte tous les évènements majeurs:

  • Menace terroriste,
  • Accident industriel (TMD, entreprise ou train),
  • Rupture de barrage,
  • Nuage radioactif,
  • Inondation,
  • Feux de forêts,
  • Séisme,
  • Tsunami ou submersion marine,
  • Cyclone, tempête,
  • Rupture volcanique.

 

L’application propose également le contenu d’un kit de secours avec le matériel nécessaire à disposer en cas d’incident. Les fiches pratiques associées au kit informent l’usager sur la conduite à tenir en cas d’incident.

application SAIP, kit d'urgence PPMS, alertis formation

Kit d’urgence AIP

Les défibrillateurs sauvent des vies dans les salles de sport 9 fois sur 10!

Publié par admin | Classé dans Formation secouriste SST | Publié le 17-02-2018

Étiquettes : ,

0

Faut-il installer un défibrillateur dans les salles de sport?

Ils servent, servent et comment ils servent. Les défibrillateurs automatiques dans les gymnases, les piscines et les aires de jeux à bord peuvent sauver des vies dans plus de 90% des cas d’arrêt cardiaque chez les sportifs amateurs. Ceci est démontré par les données recueillies par le projet de recherche Progetto vitta.

Les sportifs amateurs en danger

Son utilisation est essentielle surtout dans les centres sportifs, car l’activité physique peut exercer un stress sur le cœur , facilitant la manifestation d’arythmies latentes: la probabilité d’avoir une arythmie fatale est même trois fois plus élevée chez les athlètes . Les journaux relatent souvent les événements tragiques des footballeurs et autres sportifs professionnels trahis du cœur pendant les courses, mais malheureusement ils ne sont que la pointe de l’iceberg: la plupart des arrêts cardiaques se produisent pendant les sports amateurs .

L’étude sur les défibrillateurs

Le projet VITA a donc tenté d’évaluer l’impact du défibrillateur automatique sur la survie des personnes touchées par un arrêt cardiaque soudain dans 252 centres sportifs de la province de Plaisance sur une période de 18 ans . Au cours de la période d’étude, 82% des centres avaient un défibrillateur, tandis que 18% n’en avaient pas.

Les résultats

Au total, 26 arrêts cardiaques ont eu lieu , dont 15 dans des centres équipés d’un défibrillateur automatique. La présence sur place de ce dispositif a permis de réduire le temps d’intervention de 7 à 3 minutes : 93% des patients ont survécu sans atteinte neurologique en raison du manque d’apport sanguin au cerveau , contre 9% de ceux assistés dans les centres sportifs sans défibrillateur.

Le défibrillateur sauve des vies

«Nos résultats démontrent clairement que la présence du défibrillateur sauve des vies », affirment tous les cardiologues. « Sur les 15 patients affectés par un arrêt cardiaque dans les centres sportifs avec des défibrillateurs, 14 ont survécu sans conséquences neurologiques (93%). Au contraire, dans les centres sans défibrillateur, seule une personne sur 11 a survécu sans atteinte neurologique (9%) ».

La formation de sauveteur secouriste du travail

« Nous avons également vérifié que les chances de survie augmentent en fonction de la rapidité du défibrillateur et du massage cardiaque », ajoute un formateur en secourisme. « De plus, la probabilité de survie est plus élevée lorsque le défibrillateur est utilisé par une personne dans le public , sans avoir à attendre l’intervention du personnel médical ». C’est pourquoi l’expert souligne que « le défibrillateur est un outil sûr même s’il est utilisé par un simple citoyen non formé « , mais de toute façon « il serait souhaitable de sensibiliser les gens au problème de la mort cardiaque subite en fournissant les connaissances de base utilisation du défibrillateur ».

 

Paris : une violente explosion dans le Xe arrondissement fait au moins un mort

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 27-09-2013

Étiquettes :

0

Des ouvriers manipulaient une cuve de fuel dans le sous-sol d’un immeuble de la rue d’Enghien lorsqu’une déflagration a eu lieu.

Actualité > Faits divers > Paris : une violente explosion dans le Xe arrondissement fait au moins un mort

Paris : une violente explosion dans le Xe arrondissement fait au moins un mort

Publié le 27-09-2013 à 17h23 – Mis à jour à 17h58

Des ouvriers manipulaient une cuve de fuel dans le sous-sol d’un immeuble de la rue d’Enghien lorsqu’une déflagration a eu lieu.

Mots-clés : , explosion, ouvriers, fuel, rue d’enghien
Partager sur Facebook

54

Partager sur Twitter

8

Partager sur Google+

0

Partager sur Linkedin

0

Envoyer cet article à un amiRéagir

1

La journaliste du "Nouvel Observateur" présente sur place a évoqué "une centaine de personnes" policiers et pompiers confondus, présents sur les lieux du drame, rue d'Enghien. (via @PL_Constant/Twitter)

Au moins un ouvrier a été tué, un autre est porté disparu et trois ont été blessés dans une explosion, vraisemblablement accidentelle, qui s’est produite vendredi 27 septembre sur un chantier de rénovation, dans le sous-sol d’un immeuble dans le centre de Paris, a-t-on appris de source policière sur place.

Les ouvriers travaillaient à la réfection d’une cuve de fioul, au 21, rue d’Enghien, dans le 10e arrondissement de la capitale, lorsqu’une déflagration, d’origine pour l’instant indéterminée, s’est produite au premier sous-sol.

Une autre source policière, contactée par « Le Nouvel Observateur », précise qu’il pourrait s’agir d’un parking ou d’un garage, et que l’un des blessés est dans un état grave. En outre, elle ajoute que ce ne serait pas une personne qui est portée disparue, mais « deux ou trois ».

Important dispositif policier

Un blessé a été évacué, deux ont été repérés vivants sous les décombres et un autre était toujours porté disparu en fin d’après-midi.

D’après les informations du « Parisien », le drame serait survenu aux alentours de 15h45.

Cependant, une source policière évoque « 16h30-17h ».

Toujours selon le quotidien, la déflagration a vu intervenir « un important dispositif policier » et « plusieurs dizaines de sapeurs-pompiers ». Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls est arrivé sur place peu après 17 heures.

« Le Parisien » indique que les sauveteurs recherchent l’ouvrier disparu à l’aide de chiens, et tentent de dégager les deux autres ouvriers blessés toujours coincés dans les décombres.

L’explosion aurait fait s’effondrer une partie du sol du rez-de-chaussée.

Un huitième pompier décède dans les feux de forêt au Portugal

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 06-09-2013

Étiquettes :

0

Un pompier de 25 ans a succombé à ses blessures, au Portugal. 70 à 80% de son corps avait été brûlé, lors d’une intervention dans un feu de forêt début août, au Portugal. Le bilan des pompiers morts dans les flammes s’aggrave au Portugal, avec déjà 8 décès, cette année.

Les incendies font toujours rage, au Portugal. Et s’ils sont désormais sous contrôle, le danger reste présent. Un huitième pompier est ainsi décédé dans les feux de forêt au Portugal, vendredi.

Le pompier, Daniel Falcao, âgé de 25 ans, qui appartenait à la compagnie de Mirando do Douro (Nord), a succombé à ses blessures dans un hôpital de Porto. Il y avait été admis le 1er août dernier au début de la vague d’incendies qui a frappé le Portugal durant tout le mois d’août. 70 à 80% de la superficie de son corps avait été brûlée.

Un incendiaire interpellé

Dans le même temps, la police judiciaire a annoncé vendredi avoir arrêté un incendiaire présumé dans le district de Viseu (nord). Cette arrestation porte à 59 le nombre de personnes interpellées depuis le début de l’année, soupçonnées d’avoir été à l’origine des incendies ayant détruit plus de 94.000 hectares dans tout le pays.

En tout, 109 pompiers auraient été tués depuis 1980 au Portugal, à cause des feux de forêt, selon une étude de la Ligue des Pompiers Portugais. L’année 2013, avec 8 morts, est le deuxième pire bilan de la décennie.

Toulouse: Pompiers et hiérarchie crèvent l’abcès

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 06-09-2013

Étiquettes :

0

La rencontre avait été programmée quand la colère montait au centre de secours de Vion, à Toulouse. Depuis la grogne des pompiers, qui s’est cristallisée autour de l’agression d’ambulanciers début août à la Reynerie, est descendu dans la rue. Une centaine de pompiers sont allés protester jusqu’au conseil général mercredi (lire nos précédentes éditions).

La rencontre entre le colonel Patrick Toufflet, grand patron du service départemental d’incendie et de secours de la Haute-Garonne accompagné par cinq colonels et 75 pompiers professionnels du centre de secours a bien eu lieu hier après-midi. Un face-à-face «direct», sans «témoin» «où les choses se sont dites», annonce un participant. Et surtout celles qui fâchent.

Des excuses «qui font du bien»

Les pompiers «de terrain» qui reprochaient à leurs officiers supérieurs de les avoir «négligés», mal «soutenus» dans cette période compliquée ont renouvelé leurs doléances. Directement. «Sans gant», lâche un témoin. Et visiblement, ces 2 heures de discussion ont permis «de crever l’abcès», estiment les pompiers.

«Nous avons formulé pas mal de reproches et face à nous, nous avons eu des officiers supérieurs qui ont admis leur tort, même le directeur. Pour nous, c’était important», confie un participant. Le colonel Toufflet, et ses adjoints, se sont même clairement excusés. Dans une profession aussi hiérarchisée, la pratique est loin d’être quotidienne. Et les trois pompiers agressés ont même été chaleureusement applaudis. Une vraie émotion selon différents témoins.

Et maintenant ? «On va rester vigilant. Les bonnes intentions sont appréciables, les actes encore plus», annonce un sapeur. «La hiérarchie nous a entendus et, on a le sentiment, d’avoir été compris. Reste le fond du problème, prévient Christian Caujol, délégué CGT des pompiers. Nous devons dégager de vraies solutions pour intervenir en toute sécurité dans les cités toulousaines. Nous voulons rencontrer le préfet. Une des premières démarches consiste à rouvrir les commissariats de quartier la nuit !»

Une revendication dont on voit assez mal comment elle pourrait être appliquée.

Japon : des dizaines de blessés après le passage d’une tornade

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 03-09-2013

Étiquettes :

0

Une tornade a fait des dizaines de blessés ce lundi dans la banlieue de Tokyo, où la trombe a détruit des maisons et emporté des bâtiments, ont annoncé la police et les médias. «Il y a des tuiles de toits répandus dans tous les sens, la police et les pompiers sont déployés partout», a constaté un journaliste de l’AFP à Koshigaya, la ville la plus touchée.

JAPON – Elle a fait plusieurs dizaines de blessés…

Une tornade a fait des dizaines de blessés ce lundi dans la banlieue de Tokyo, où la trombe a détruit des maisons et emporté des bâtiments, ont annoncé la police et les médias. «Il y a des tuiles de toits répandus dans tous les sens, la police et les pompiers sont déployés partout», a constaté un journaliste de l’AFP à Koshigaya, la ville la plus touchée.

«Les habitants sont tous sortis et observent les maisons ravagées. Ils disent qu’on leur interdit de rentrer chez eux, de peur que les bâtiments ne s’effondrent», a ajouté le journaliste. Des images impressionnantes diffusées par la chaîne de télévision publique NHK ont montré des habitations détruites, des voitures retournées et des écoles aux vitres brisées dans cette ville de la préfecture de Saitama (nord de Tokyo). Un entrepôt a été littéralement emporté par le vent tourbillonnant et projeté sur d’autres bâtiments.

Plus d’électricité

La police a fait état de 27 blessés dans cette ville, sans préciser la gravité des cas. L’agence de presse Jiji a précisé que la plupart d’entre eux étaient des membres d’une équipe de volley-ball d’un collège. La NHK a expliqué de son côté que quelques dizaines de personnes avaient été admises à l’hôpital pour des blessures légères.