Article en vedette

Le gouvernement s’apprête à reporter de quelques mois et à re

Il ne s’agit pas de réduire le niveau de sécurité, mais bien d’adapter les mesures aux plus petits hôtels », précise-t-on au secrétariat d’Etat au Tourisme, les chaînes et les établissements plus importants ne nécessitant pas d’être mis à niveau. Avant d’être...

Lire plus

scurit incendie

Ils avaient passé 5.400 appels anonymes aux pompiers

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie | Publié le 21-11-2010

Étiquettes :

0

Deux Vannetais harcelaient au téléphone des particuliers et les pompiers du Morbihan. L’avocate de ces derniers a relevé 5.400 appels en quatre ans… Jugés, hier, pour une infime partie de ces coups de fil, l’homme a écopé de trois mois de prison avec sursis, sa compagne étant relaxée parce que pénalement irresponsable.

Cette femme, vous l’avez appelée 277 fois en quelques jours. Pourquoi?», demande le président Jean-Yves Cavaud. «Je ne sais pas, je ne la connais pas», lui répond, comme un aveu, la prévenue âgée de 53ans. Cependant, le médecin vannetais qu’elle a contacté à 57reprises ne lui était pas inconnu. «C’est mon ancien docteur». Pour faire simple, elle lui reprochait de trop parler sur le dos d’un autre praticien. Avec son compagnon du même âge, ils n’ont eu de cesse de téléphoner à des particuliers, généralement au hasard et jusqu’à Paris, mais surtout, via le «18», au Codis, la cellule départementale des sapeurs-pompiers où sont reçus les appels d’urgence avant l’éventuelle mise en branle des secours. La police de Vannes aurait aussi été dérangée par 80coups de fil. Au bout du combiné, rien, hormis des bruits de respiration ou des jappements.

Déjà condamné à de la prison ferme

Hier, ce couple de Vannetais comparaissait devant le tribunal correctionnel pour «appels malveillants réitérés». Dans cestrois dossiers, cinq périodes de plusieurs jours, réparties sur cette année, sont visées pour lui. Sa compagne aurait sévi l’an passé et au printemps dernier. Me Françoise Grunberg-Moissard, au nom du Service départemental d’incendie et de secours du Morbihan (Sdis 56), le redit:5.400appels téléphoniques ont été recensés depuis 2007 (Le Télégramme du samedi 17juillet). D’ailleurs, les mis en cause ont déjà été condamnés, l’homme passant même «deux mois» derrière les barreaux.

Les sapeurs-pompiers obligés de répondre

«À une époque, une personne à plein-temps se réservait au traitement de ces appels», reprend la plaideuse. Au total, le Sdis déposera huit plaintes, la dernière remontant à la fin du mois de juin. Car le problème, c’est que ces coups de fil déclenchaient systématiquement «toute une procédure»: les pompiers ne pouvaient faire l’impasse, même s’ils reconnaissaient les numéros, de fixe ou de mobile. Tout tremblotant à la barre, le quinquagénaire ne marmonne que des «non» en guise d’embryons de réponses. Celui-ci, MeGrunberg-Moissard l’a dans le collimateur: «Il se trouve dans un système de quasi-immunité. Il faut arrêter ce petit jeu-là».

Le parquet impuissant face à cette pathologie

Mais Thierry Lebéhot, le vice-procureur de la République, estime que «la justice a atteint ses limites. Moi-même, je suis limité. Je ne sais plus quoi requérir» contre ce couple victime d’une «pathologie conjointe». Et de s’en remettre au tribunal. Concernant la femme, le président Cavaud n’a guère le choix:reconnue pénalement irresponsable par un expert psychiatre, elle est relaxée. Contrairement à son concubin qui écope d’une peine de trois mois d’emprisonnement assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve 18 mois durant. À charge pour lui de se soigner et d’indemniser les parties civiles, soit 800 EUR pour le Sdis, plus 500 EUR et 1.000EUR à verser pour chacun des deux particuliers réclamant des dommages et intérêts.

Ecrire un commentaire