Article en vedette

L’adolescent sauvé d’une porte qui a claqué par un coup

Heureusement les policiers clermontois parlent l’anglais ! Samedi après-midi, ils reçoivent un coup de fil du Canada. C’est une maman affolée : son fils de 13 ans est coincé sur un balcon dans le centre-ville de Clermont-Ferrand. Il a son téléphone et l’a appelée au secours....

Lire plus

scurit incendie

Lourdes. Un pèlerin se fait arracher les doigts par un autre train

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie | Publié le 18--2011

Mots-clefs :,

0

Lourdes (Hautes-Pyrénées).
Hier matin, 600 pèlerins italiens de Benevento repartaient dans un train médicalisé, lorsque vers 9 heures 40, un accident rarissime s’est produit, rapporte La Dépêche.

Le train accélérait entre Lourdes et Ossun… Un pèlerin avait ouvert une fenêtre. Il chantait un hymne et levait les bras… Un autre train a croisé le sien et lui a arraché les doigts ! Les témoins ont vu qu’il avait perdu des phalanges aux deux mains…

Malgré l’horreur à laquelle ils assistaient les passagers n’ont pas paniqué et ont eu le réflexe de faire arrêter leur train, en rase campagne. Il y avait alors à bord du train des médecins qui sont intervenus rapidement pour donner les premiers soins et arrêter l’hémorragie du pauvre pèlerin malheureux…

Les pèlerins ont ensuite prévenu l’organisme qui organise les pèlerinages italiens (l’Unitalsi). Ce dernier a appelé la gare de Lourdes qui a téléphoné au contrôleur du train… Les pompiers ont ensuite été alertés… La décision a été prise ensuite de faire repartir le train vers Tarbes. Dès l’arrivée en gare, une ambulance à transporté le blessé au centre hospitalier. Il a été opéré peu de temps après.

Selon un responsable du pèlerinage, « un tel accident ne s’est jamais produit aussi loin qu’il se souvienne ». Fataliste, il a déclaré au journal : « Les projets de Dieu sont tous difficiles à comprendre, mais il faut les vivre au jour le jour »

(La Dépêche rappelle que dans les trains français, il est impossible d’ouvrir la fenêtre !)

Lyon: une grue de 60 mètres tombe sur un immeuble

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie | Publié le 18--2011

Mots-clefs :, ,

0

Pour une raison encore indéterminée, l’engin de 50 tonnes a « basculé lentement vers l’arrière » et sa flèche s’est « encastrée sur la bordure de la toiture terrasse » de l’immeuble, sur laquelle il installait des plaques d’isolant.

« On s’en est bien tiré. C’est un accident exceptionnel », qui aurait pu faire des victimes si la grue était tombée dans la rue ou sur une pelouse, ont commenté les pompiers.

Les habitants de l’immeuble, évacués par précaution dans la matinée, ont pu réintégrer leurs logements car « il n’y a aucun risque pour la stabilité de l’immeuble », a-t-on ajouté.

Seul l’appartement du dernier étage au-dessus duquel la flèche de la grue s’est abattue a été « légèrement sinistré, avec une fissure au plafond ».

La société MLTM, en charge des travaux, va envoyer dans l’après-midi deux autres engins de 80 et 200 tonnes, pour procéder au « relevage » du camion-grue, qui repose en appui sur l’immeuble et sur seulement deux de ses huit roues.

Une expertise aura lieu pour déterminer les causes de l’accident.

Le gouvernement s’apprête à reporter de quelques mois et à revoir à la baisse une série de mesures anti-incendie, qui devaient être obligatoires dans les hôtels dès le mois d’août mais que les professionnels jugeaient « disproportionnées » pour certains établissements.

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 15--2011

Mots-clefs :, ,

3

Il ne s’agit pas de réduire le niveau de sécurité, mais bien d’adapter les mesures aux plus petits hôtels », précise-t-on au secrétariat d’Etat au Tourisme, les chaînes et les établissements plus importants ne nécessitant pas d’être mis à niveau.

Avant d’être officialisées, ces mesures doivent encore être examinées pour avis par la Commission centrale de sécurité au ministère de l’Intérieur, en juin.

Elles concernent l’encloisonnement de certains escaliers, ou encore la mise en place d’escaliers extérieurs, et avaient été décidées après une série de drames en 2005 dans des hôtels ou des meublés qui avaient fait 52 victimes, notamment 24 morts à l’hôtel Paris-Opéra (9e).

« Personne ne conteste » la nécessité de mettre aux normes certains petits établissements, rappelle le secrétaire d’Etat Frédéric Lefebvre dans une interview à l’hebdomadaire spécialisé L’Hôtellerie-Restauration.

Mais, souligne-t-il, « des inquiétudes » sont apparues notamment sur « la proportionnalité » des dispositions « avec les risques réels encourus et la capacité des exploitants à les mettre en oeuvre ».

Les nouvelles mesures viseront à « dessiner un meilleur équilibre entre le devoir de sécurité dû aux usagers et l’équilibre économique des entreprises hôtelières », précise M. Lefebvre.

Parmi les dispositions envisagées figure la création d’une catégorie de « très petits hôtels », ceux accueillant moins de 20 personnes, qui disposera d’une réglementation adaptée, pour « rester concurrentiels (…) avec les chambres d’hôtes ».

Pour les autres hôtels, il était prévu qu’ils appliquent les mêmes normes que pour les établissements neufs. Or, « face à l’importance des frais à engager, les professionnels renoncent », déplore M. Lefebvre.

Ce dernier souhaite désormais que la réglementation valable pour le neuf ne s’applique que lorsqu’un hôtel déjà existant nécessite des modifications structurelles.

Egalement, l’obligation d’encloisonner les escaliers des hôtels déjà existants ne s’appliquera plus à tous les établissements au delà d’un étage, mais seulement à certains.

Il est enfin prévu de rallonger les délais. L’échéance pourrait être fixée à novembre, et non août, et porter sur une simple mise en route des travaux, plutôt que sur leur achèvement.

« Cette possibilité de mise en conformité progressive ne peut concerner que les établissements qui ne présentent pas de risques avérés », souligne encore M. Lefebvre.

« Le bon sens a prévalu dans ce dossier », a réagi Michèle Lepoutre, du syndicat hôtelier Synhorcat, espérant une attitude similaire pour « l’application de la loi sur l’accessibilité, obligatoire en 2015.

Président de la branche hôtellerie familiale de l’Umih, le principal syndicat du secteur, Bertrand Lecourt n’est en revanche « pas convaincu » par des mesures encore imprécises et qui apparaissent « insuffisantes pour sauver une majorité d’établissements ».

En juillet 2010, un rapport des services de Bercy estimait que le coût de mise en oeuvre des normes incendie et accessibilité pourrait entraîner la fermeture d’ici cinq ans de 3 à 4.000 des 18.000 hôtels classés.

Ces perspectives avaient conduit Hervé Novelli puis son successeur Frédéric Lefebvre à demander initialement le report des nouvelles normes incendie à 2015.

Un incendie fait deux morts dans le XVIIe

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie | Publié le 15--2011

Mots-clefs :, , , , ,

0

Deux personnes sont mortes hier dans l’incendie d’un immeuble du XVIIe et quinze autres ont été évacuées. Le feu a pris dans un appartement de 100 m2 au 3e étage d’un immeuble composé de logements et de commerces, rue des Acacias. Soixante-quatre sapeurs-pompiers et treize engins ont été déployés sur le lieu du sinistre.

Source: le parisien

Orléans : un handicapé tombe d’un train

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie | Publié le 15--2011

Mots-clefs :,

1

Hier soir, un jeune handicapé est tombé d’un train dans l’indifférence générale.

C’est entouré de pompiers que Louis est arrivé en gare d’Orléans. Ce jeune handicapé à 80% est parti à 17H35 de Paris dans un train bondé. Il a voyagé debout contre les portes alors qu’il est en béquille.

En raison de travaux, son train s’est arrêté en pleine voie, en gare d’Artenay. Les portes s’ouvrent. Louis tombe. Le train est reparti sans lui,dans l’indifférence générale.
Le pire a été évité car aucun train ne venait dans l’autre sens.

Aujourd’hui, Louis se porte bien mais il est encore traumatisé par cet évènement. Sa mère a décidée de porter plainte.

Contactée, la SNCF n’a pas souhaité s’exprimer.

Source: france3

L’essaim d’abeilles attaque

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie | Publié le 15--2011

Mots-clefs :, ,

0

Des milliers d’abeilles « ruchées » sur un guidon de vélo ! Ce n’est déjà pas banal. Mais si cela survient un vendredi en début d’après-midi en plein centre ville cela devient un événement ! « Quelle horreur », « Incroyable ! » ou simplement « C’est surprenant!»… Les passants y sont tous allés de leur petit mot hier pour désigner cet essaim singulier, avant de s’attrouper à leur tour, à proximité. Françoise, commerçante, a été parmi les premières à prévenir les pompiers qui l’ont ensuite redirigée vers le service d’hygiène et de santé de la mairie. « Il y avait un nuage d’abeilles dans l’air à 14 h 15. Elles se sont ensuite regroupées sur le guidon et le panier du vélo ». Un périmètre de sécurité a rapidement été établi par la police municipale.

En une demi-heure ce sont en effet entre 10 000 à 30 000 abeilles qui peuvent constituer un essaim spontané de petite ou grande taille. Comme l’explique Gérard Sannac, du syndicat d’apiculture de Haute-Garonne : « La reine mère a beaucoup pondu ces derniers temps et les ruches sont pleines. Les abeilles se retrouvent en surpopulation. Avec le beau temps, comme hier, elles décident de quitter la ruche, en nombre, à la recherche d’un nouveau lieu où se poser ». D’ordinaire les abeilles se fixent sur un arbre, dans un fourré mais hier elles étaient en ville. Et paf ! au hasard, sur ce vélo !

Dangereuses les abeilles ? « Quand les abeilles partent de la ruche, elles sont gorgées de miel et elles ne peuvent donc pas piquer, du moins dans la demi-journée qui suit leur installation », poursuit Gérard Sannac. Un apiculteur est venu les déloger peu de temps après. Les apiculteurs du Syndicat de Haute-Garonne interviennent régulièrement chez les particuliers pour récupérer les essaims. Il faut les contacter au 05 61 75 74 04 40 chemin de Pechebusque ou au 06 75 42 52 47 à Toulouse. Leur intervention est gratuite. Une info à essaimer..

Source: la depeche