Article en vedette

Perigueux: un enfant sauvé des eaux par un passant.

Âgé de 2 ans et demi, le petit garçon a échappé quelques instants à la vigilance de ses parents puis a basculé dans l’eau. Il a été sauvé in extremis par un passant. En fin d’après midi hier, le petit garcon de  2 ans et demi avait repris une température normale. Sa vie était...

Lire plus

scurit incendie

Tarbes. Alerte au gaz enflammé en ville

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie, Faits divers | Publié le 31--2011

Étiquettes : , ,

0

« On a cru que le quartier allait exploser » lâche une voisine. Branle-bas de combat et état de siège hier en fin d’après-midi autour de la place aux Bois et de la place Marcadieu. Les pompiers ont été appelés pour une fuite de gaz enflammée. Durant plus de deux heures, un important périmètre de sécurité a été mis en place autour de la rue Larrey et de la place aux Bois. C’est précisément dans la rue de Belfort au n° 1 juste à côté du bar-brasserie Gérard siège du Stado pétanque que l’incident s’est produit.

Soudain, des flammes ont jailli

La propriétaire du bâtiment avait demandé à un ami de son fils d’installer une porte extérieure et c’est en perçant le mur qu’il a touché une gaine d’électricité, provoquant ainsi un court-circuit. Soudain, des flammes ont jailli qui auraient pu faire croire à une explosion de gaz. Légèrement incommodé et surtout choqué, le bricoleur a été évacué par une ambulance du Samu au centre hospitalier de Tarbes pour examen de contrôle.

Un gaz suspect

Par précaution, d’importants moyens ont été dépêchés par les pompiers : deux fourgons incendie, un camion échelle, deux ambulances et une vingtaine d’hommes des centres de secours de Tarbes et de Rives Adour sous le commandement du major Édouard Rosa. Dans un premier temps, le technicien de GDF grâce à un appareil de mesure a décelé du méthane qui s’échappait du trou qui, là encore, aurait pu faire croire à la présence d’une alimentation de gaz. Mais il s’agissait en fait du gaz dégagé par la combustion de la gaine d’électricité sous l’effet du court-circuit. Celle-ci a fondu sur près de 30 cm. Finalement, un technicien d’EDF a coupé l’alimentation électrique pour sécuriser les lieux en vue de réaliser des travaux de réfection dans les prochains jours. Tout est bien qui finit bien mais la place au Bois qui a déjà connu en quelques mois une prise d’otage et un meurtre, a eu très chaud, sans aucun rapport avec la température caniculaire de ce samedi de juillet.

Il perd la vie dans un accident de paramoteur

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie | Publié le 31--2011

Étiquettes : , , ,

0

Patrick Beladina, propriétaire du château de Mouillepied, un hôtel trois étoiles, à Port-d’Envaux, en Charente-Maritime, est mort vendredi après avoir fait une chute d’une trentaine de mètres à bord de son paramoteur. L’accident s’est produit peu après 20 h 30.

Selon les premiers témoignages, le pilote, âgé de 58 ans, effectuait un virage avec son appareil, composé d’une voile de parapente et d’un petit moteur porté sur son dos. Il a alors manifestement été victime d’une bourrasque. La voile s’est mise en torche et l’appareil a plongé.

Pilote chevronné

L’équipe du Smur et les pompiers ont rapidement été alertés. Sur place, ils ont tenté de ranimer Patrick Beladina, mais en vain. Selon le parquet, le matériel volant était neuf et la victime, un pilote chevronné. Il possédait une licence ULM obtenue auprès de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), qui lui permettait d’organiser régulièrement des baptêmes de l’air pour ses clients au château.

La brigade de gendarmerie des transports aériens de Mérignac (33) et la gendarmerie de Saintes ont été chargées de l’enquête. Leurs conclusions devraient être connues au cours de la semaine prochaine.

Patrick Beladina avait racheté le château de Mouillepied avec sa femme en juin 2009. Ils l’avaient aménagé en chambres d’hôtes avant de le transformer en hôtel trois étoiles.

Décès d’un jeune homme heurté par un taureau lors d’une fête

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie, Faits divers | Publié le 31--2011

Étiquettes : , , ,

2

n jeune homme de 25 ans est décédé samedi des suites de ses blessures après avoir chuté vendredi soir lors d’un abrivado au cours des fêtes locales de Vergèze, dans le département du Gard (sud de la France), a-t-on appris auprès des pompiers.

Lors de l’abrivado (lâcher de taureaux dans les rues, encadrés par des gardians à cheval, ndlr) programmé vendredi soir dans le cadre de la fête votive de Vergèze, le jeune homme a été bousculé par un taureau et a chuté.

« Il a reçu un gros choc et a convulsé immédiatement », a-t-on précisé de même source, confirmant une information du site internet du quotidien régional Le Midi Libre.

Immédiatement transporté au CHU de Nîmes au sein de l’unité de neuro-chirurgie, le jeune homme est finalement décédé samedi.

Samedi, sur le site internet de la commune, on précisait: « En raison de l’accident survenu vendredi soir, les manifestations taurines de rues de samedi et dimanche sont annulées. Les courses de taureaux dans les arènes sont maintenues ».

Dans la chambre d’hôtel… des caméras cachées

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie, Faits divers | Publié le 30--2011

Étiquettes :

0

Deux jeunes filles bulgares en vacances en Floride, aux États-Unis ont été filmées à leur insu pendant leur séjour.

Vania Amokovareva et Ralitsa Dzhambazova, ça vous dit quelque chose ?

Moi non plus, en fait, il s’agit de deux charmantes jeunes femmes bulgares, Vania 22 et  Ralitsa  23, étudiant le journalisme en Floride et qui viennent de découvrir qu’elles étaient filmées à leur insu par des caméras placées un peu partout dans leur appartement, chambres, salle de bains, séjour, caméras qu’elles prenaient pour des des détecteurs de fumées.

Enième avatar du quart d’heure de gloire warholien, Ralitsa Dzhambazova, a déclaré cette semaine à ABC News qu’elle avait déjà fait un drôle de rêve, le genre prémonitoire,: « C’est incroyable, mais une nuit, j’ai rêvé que quelqu’un me regardait quand j’étais nue ».

Une enquête a été ouverte pour découvrir l’identité de la personne qui a installé ces appareils. Il s’agit aussi de déterminer si les caméras étaient activées et quel usage en était fait.

Evidemment, dès qu’on a le best of sur YouTube de ce Simple Life garanti sans trucage (quoique…), on le publie, choqué, mais digne, l’info avant tout, quoiqu’il arrive.

Les pompiers découvrent 4 enfants abandonnés

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie, Faits divers | Publié le 30--2011

Étiquettes : , , ,

0

Ils ont de trois à neuf ans et, mardi, les pompiers de Sète les ont trouvés seuls, sales et apeurés, à l’intérieur d’un appartement envahi par le gaz. Quatre enfants, secourus vers 12 h 30, au deuxième étage d’un immeuble de la rue Jean-Marie Barrat, donnant sur la place de la mairie, et qui ont été hier placés dans un foyer, à la demande du parquet de Montpellier.

Car depuis plusieurs semaines, ils vivaient d’une façon bien peu appropriée, livrés régulièrement à eux-mêmes pendant de longues heures.

« Ils étaient craintifs, comme des petits chats »
Isabelle Bodart, la voisine

« Ils sont arrivés il y a un peu plus d’un mois, dans cet appartement loué par des gens venus de Mayotte », raconte Isabelle Bodart, la pharmacienne qui habite en dessous. « Pendant longtemps, on ne voyait des adultes que le week-end. » Jusqu’à l’arrivée de ces quatre enfants, qui ne sortent que pour jouer dans la rue et sur la place, et sont visiblement craintifs. « Ils étaient souvent dans le couloir, comme des petits chats : dès qu’ils voient qu’on les regarde, ils se cachent. Quand on leur parle, ils ont peur et s’en vont. »

Ce que les voisins ignorent, c’est que les enfants ont été confiés pour les vacances par leur mère à leur oncle, qui vit là mais travaille à Nîmes : la mère est partie à Mayotte le 17 juin, pour plusieurs semaines. Dans la journée, les enfants ont visiblement comme consigne de ne pas ouvrir la porte en cas de problème. Et ne semblent pas, malgré la présence occasionnelle d’un ami, sous la surveillance constante d’un adulte.

Mardi, on a donc frôlé le drame, après une fuite de gaz à l’intérieur de l’appartement. « C’est le plus grand, qui n’a pas dix ans, qui a dû appeler les pompiers à cause de l’odeur » raconte Michel Bodart, l’adjoint au maire chargé de la sécurité. « Dès leur arrivée, les pompiers les ont sortis dans les bras, et les ont ensuite conduits à l’hôpital, pour qu’on vérifie s’ils n’étaient pas intoxiqués. »

Mais c’est sur un autre terrain que l’état des enfants suscite l’inquiétude, tant chez les médecins qu’à la brigade des mineurs du commissariat de Sète. « Ils étaient dénutris et vivaient dans un état d’hygiène déplorable », explique un policier. « Heureusement que l’agent d’ERDF n’est pas passé trop tard avec les pompiers : les enfants auraient pu mourir ou pire, tout aurait pu exploser. »

Hier, l’enquête avait progressé, et l’inquiétude sur l’état de santé des enfants était un peu retombée. « Le diagnostic de dénutrition qui avait été posé n’a pas été confirmé par les médecins », indiquait-on au parquet de Montpellier. « Les enfants étaient surtout sales. » Après une journée d’observation à l’hôpital, ils ont été provisoirement confiés à l’aide sociale à l’enfance. « La famille était déjà suivie par un juge pour enfants de Bourges, où la mère réside habituellement. Il était au courant du départ en vacances de la mère, mais ignorait que la famille qui devait garder les enfants n’était pas fiable. »

Le juge devrait prochainement réétudier la situation de la famille, après ces drôles de vacances, entre Sète et Mayotte.

Allier : 300 bijoux dans une rivière

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie, Faits divers | Publié le 30--2011

Étiquettes : , ,

0

Un pêcheur, attiré par des scintillements mystérieux dans les eaux peu profondes de la Sioule, a découvert jeudi matin près d’Ebreuil, dans l’Allier, quelque 300 bijoux dans la rivière, a appris l’AFP auprès de la gendarmerie. Au total une centaine de petites chaînes, une quarantaine de bagues ou alliances, une trentaine de bracelets, une vingtaine de montres, des boucles d’oreilles, des boutons de manchette, des colliers, des broches, des croix en pendentif, la plupart en métal précieux, ont été retrouvés, lors de cette pêche miraculeuse, menée avec l’appui de plongeurs des sapeurs-pompiers de Vichy.

Les gendarmes d’Ébreuil ont rassemblé tous les bijoux qui pourraient provenir de cambriolages dans des résidences. Selon les enquêteurs, il semble que les bijoux aient été jetés dans la nuit, depuis le bord de la Sioule, car des pêcheurs passés au même endroit la veille n’avaient rien remarqué. La gendarmerie est chargée de dresser l’inventaire de cette découverte et d’en déterminer le montant. Toutes les pièces, qui resteront sans propriétaire, seront mises en ligne sur le site Internet de la gendarmerie, dans les prochaines semaines, avec les formalités à remplir pour les récupérer.