Article en vedette

Un Sapeur Pompier de Grenoble blessé par balle à la suite d’un

Un sapeur-pompier professionnel âgé de 24 ans a été blessé par balle, hier soir, dans le quartier de La Villeneuve à Grenoble alors qu’il éteignait un feu de voiture, avec plusieurs de ses collègues. Alertés par des témoins vers 22h30 qu’un véhicule stationné devant le 170 galerie de...

Lire plus

scurit incendie

150.000 € dans les décombres d’une maison

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie, Faits divers | Publié le 30--2011

0

Environ 150.000 euros en petites coupures ont été découverts dans les décombres de la maison d’une octogénaire décédée dans la nuit de jeudi à vendredi après une explosion due au gaz, à Fontaine, dans l’agglomération de Grenoble. Des billets de banque de 10, 20 et 50 euros pour un montant total d’environ 150.000 euros ont été ramassés dans les gravats de la maison, entièrement détruite par l’explosion, et placés en lieu sûr.

Deux personnes, surprises en train de ramasser des billets, ont été interpellées vendredi par les policiers, puis relâchées. La propriétaire, âgée de 89 ans, qui habitait seule et souffrait de la maladie d’Alzheimer, avait été retrouvée morte vendredi matin sous plusieurs tonnes de gravats, après d’intenses recherches des services de secours. Le souffle de l’explosion avait également endommagé les toits et brisé les vitres de plusieurs maisons et immeubles alentour.

Cinq personnes avaient été évacuées dans les habitations avoisinantes, mais aucune d’entre elles n’avait été gravement blessée. Les enquêteurs et les secouristes privilégient la thèse de l’accident, un robinet de gaz ayant vraisemblablement été laissé ouvert par l’habitante de la maison.

Afin d’éviter les explosion et de se prémunir contre le risque du gaz, équipiez-vous en détecteurs de fumées: www.protege-ta-maison.fr

Un cobra dans le frigo!

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie, Faits divers | Publié le 30--2011

Étiquettes : ,

0

CHÂTEAU-THIERRY (Aisne). QU’EST-CE que ce bébé cobra faisait au niveau du moteur du frigo ? La question était dans tous les esprits, hier. Lorsque les pompiers sont appelés, vendredi soir, vers 20 h 30, ils pensent qu’il s’agit d’une vipère ou d’une couleuvre.
Dans cette maison avenue de Montmirail de Château-Thierry, les habitants semblent bien embarrassés d’avoir dû appeler à l’aide. Ils auraient un clandestin dans la maison. Un serpent qui s’est logé derrière le frigo de la cuisine. Comment est-il arrivé chez eux ? Mystère. Les habitants ont expliqué aux secouristes qu’ils venaient d’acheter le frigo et qu’il devait s’y trouver déjà… Chose étrange, des souris mortes ont été retrouvées à proximité de l’animal exotique.

Feu réunionnais: 92 militaires Formisc et 80 sapeurs pompiers décollent en renfort d’Istres

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie, Faits divers | Publié le 30--2011

Étiquettes :

0

172 militaires et sapeurs pompiers confondus, spécialistes des catastrophes naturels ont décollé de la Base d’Istres à bord d’un Airbus A 310 de l’escadron « Esterel ». Leur mission: apporter un soutien physique et matériel à la Réunion.

17h30. Base aérienne d’Istres. 92 militaires et formations de la sécurité civile « Formisc »  (formations militaires de la sécurité civile) spécialistes des catastrophes naturelles et, en l’ occurence des feux de forêt, sont en route pour la Réunion. Et, pour cause, cela fait déjà 5 jours que les sapeurs pompiers réunionnais luttent contre ce feu d’une amplitude de 1200 à 1300 hectares au coeur de la forêt  du Maïdo.

Afin de pouvoir apporter leur soutien et leur aide technique, cette formation est accompagné d’ un nombre à peu près équivalent de sapeurs pompiers venus de la France entière. Parmi eux, on compte notamment le bataillon des marins pompiers de Marseille mais aussi 9 sapeurs pompiers des Bouches -du-Rhône. Au total, ce détachement de 172 personnes va renforcer les moyens déjà déployés sur le terrain à pas moins de 2 000 mètres d’altitude, sur le relief de Saint-Denis. Plus concrètement, ils apportent du matériel de lutte contre les feux de forêt pour faire de l’extinction mais aussi tenter des « boulages tactiques soit éteindre le feu par le feu ». Dans les soutes donc, « des tuyaux mais aussi des motopompes de relais afin d’établir des tuyaux sur de longues distances et gravir des dénivelés assez importants sur le terrain ».

Une fois là-bas, après 10 heures de vol et une escale à Djibouti,  le détachement sera mis à disposition du préfet. Des secteurs seront assignés aux soldats du feu et des officiers vont être insérés dans l’état major qui gère les opérations de lutte contre l’incendie. Ils viendront donc renforcer humainement et matériellement le dispositif déjà existant. Sur place, ils seront notamment tributaires du vent.

Enfin, le feu réunionnais pourrait, selon la presse réunionnaise locale, être d’origine criminelle.

Incendie dans le parc national de l’île de La Réunion: 43 personnes évacuées

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie, Faits divers | Publié le 30--2011

Étiquettes :

0

SAINT-DENIS-DE-LA-REUNION (AFP) – Une exploitation agricole a été détruite par le feu dans la nuit de samedi à dimanche à la Chaloupe Saint-Leu sur les hauteurs de l’ouest de l’île de la Réunion où 43 personnes ont dû être évacuées à la suite de la propagation d’un incendie dans le parc national, a annoncé la préfecture de la Réunion.

« Cette nuit a été très difficile. Des vents très forts et très subits ont soufflé et nous ont contraints à évacuer les habitants du secteur le plus proche de l’incendie », a déclaré à l’AFP le directeur de cabinet du préfet de la Réunion Benoît Huber. « 43 personnes ont été prises en charge et hébergées dans un gymnase par la mairie de Saint-Leu. Un gite, trois fermes et un centre équestre ont été fermés », a-t-il ajouté, précisant qu’il n’y a eu « ni victime, ni blessé ».

Le feu a traversé la route à la forestière située à la lisière de la forêt dans la nuit, obligeant le maire de la commune Thierry Robert à demander l’évacuation de la population, principalement des éleveurs, et de leur animaux.

Toute la nuit les pompiers ont concentré leurs efforts sur cette route forestière à environ 1.800 mètres d’altitude pour empêcher le feu de gagner le littoral. 2.600 hectares ont été parcourus par le feu, selon la préfecture. « La situation est tenue au sud mais un foyer virulent demeure au Piton des Orangers », sur une vingtaine de kilomètres, où 4 hectares sont en feu, a-t-elle précisé. « Les habitations évacuées dans la nuit sont situées à environ 200 à 300 mètres du foyer », a ajouté M. Huber.

Plus de 400 pompiers, agents de l’ONF, gendarmes et militaires ainsi que 4 hélicoptères bombardiers d’eau sont mobilisés depuis mardi pour lutter contre la propagation de l’incendie qui a pris à plus de 2.000 m d’altitude, sur un terrain escarpé, souvent inaccessible à pied, au coeur du parc national de la Réunion, classé patrimoine mondial de l’Unesco.

Un renfort de 173 pompiers envoyés de métropole a débarqué dimanche dans l’île. Une pluie de cendres a été transportée par le vent dans la nuit à plusieurs dizaines de kilomètres de l’incendie, jusqu’à Saint-Denis (nord de l’île).

La veste intelligente des marins-pompiers

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie, Faits divers | Publié le 29--2011

Étiquettes :

0

Elle sera évaluée durant six mois au Centre de formation pratique et d’entraînement à la sécurité (CFPES). Avant commande éventuelle.

Fruit de trois ans de collaboration entre le lieutenant de vaisseau Luc Brohan, responsable du CFPES, et Pascal Barguirdjian, ingénieur de la société Tecknisolar Seni, la nouvelle veste d’intervention est un bijou de technicité. Testé durant plus de deux ans, le prototype est prêt à être fabriqué largement. 

« J’avais promis de mettre au point un système innovant, de l’électronique imprégné dans un textile Balsan, pouvant recevoir des tas de capteurs », indique Pascal Barguirdjian, qui a fait son service militaire chez les Pompiers de Paris. Spécialement conçue pour lutter contre des sinistres à bord des navires et sous-marins, cette veste, munie de nombreux capteurs, permet de mesurer et de transmettre par ondes radio des émanations de gaz toxique, de radioactivité, ainsi que la température et le taux d’humidité.

Données en temps réel

« Les détecteurs intégrés interprètent les données en temps réel, ce qui permet aussi de connaître le pouls et la respiration du pompier et de donner l’alerte s’il perd connaissance », souligne Luc Brohan, médaillé d’or au concours Lépine en 2007 pour un drone de détection de produits chimiques et radioactifs

Dotée d’éclairage et d’une mini-caméra thermique, la veste, malgré tous ses équipements, assure une très grande mobilité et une grande rapidité d’intervention. Avec son triple système de sécurisation, elle respecte le cahier des charges imposé par les Marins-pompiers.

L’ancienne veste et ses équipements coûtaient 20 600 €, la nouvelle affichera moins de 5 000 € si la production atteint 3 000 vestes par an. Une seconde veste sera testée à Toulon également pour une période de 6 mois.

« Si la Marine nationale est intéressée, cela pourrait fédérer 200 à 300 emplois en Bretagne. Ce mariage du textile et de l’électronique a aussi un avenir dans d’autres applications », note Pascal Barguirdjian.

Un avion de tourisme s’écrase à Toulouse

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie, Faits divers | Publié le 29--2011

Étiquettes : ,

0

Un avion de tourisme venant d’Allemagne avec quatre personnes à bord s’est écrasé vendredi peu avant 22H00 avant d’atterrir à l’aéroport de Toulouse-Blagnac, faisant deux morts et deux blessés graves, selon le substitut du procureur de Toulouse Olivier Kern.

Le pilote, un chef d’entreprise autrichien de 49 ans, et un de ses enfants assis près de lui sont morts. La femme du pilote, de nationalité française, et le second enfant du couple ont été grièvement blessés et hospitalisés, mais leurs jours ne sont pas en danger. Le trafic a été interrompu pendant plus de deux heures à Toulouse-Blagnac, le temps de dégager l’épave et de permettre l’intervention des pompiers, et il a repris vers minuit, selon la même source.

Le Piper-Cheyenne, un bi-moteur de 4-places immatriculé en Autriche, s’est écrasé à 21h37 à 100 mètres de la piste de l’aéroport international. Il a pris feu et s’est retourné. Le Piper avait quitté l’Allemagne vers 18h30 et au moment d’atterrir, il s’était éloigné de 50 mètres de l’axe de la piste. Au moment de l’accident, une pluie fine s’abattait sur l’agglomération toulousaine.