Article en vedette

Etats-Unis: Un enfant abandonné dans une caserne retrouve le pompier

L’enfant avait été abandonné dans une caserne de pompiers, quelques heures après sa naissance… Le voeu le plus cher de Koregan Quintanilla n’était pas comme ses camarades d’école primaire d’aller au parc d’attraction ou au restaurant, mais dans «sa» caserne...

Lire plus

scurit incendie

Des parties coquines avec les pompiers d’Antibes

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie, Faits divers | Publié le 07-08-2011

Étiquettes : , ,

1

Un corbeau révèle, dans un courrier anonyme, l’existence de parties fines dans les locaux du centre antibois. Des pompiers confirment dans la confidence…

Une enquête administrative est effectivement en cours du côté de la caserne d’Antibes. Mais elle ne nous a pas encore permis d’identifier des responsables, confesse la direction du Service départemental d’incendie et de secours des Alpes-Maritimes (Sdis 06). Tous ceux que nous avons entendus jusque-là jurent n’avoir rien vu d’anormal. Il semblerait qu’il y ait une omertà sur ce dossier…»

Nul besoin d’en dévoiler davantage pour provoquer un séisme administratif. Car la simple ouverture de cette enquête et la confirmation de cette omertà ont déjà tout d’une bombe lâchée sur le toit de la caserne des pompiers de la deuxième ville du département. Et pour cause : elle semble devoir confirmer une incroyable révélation colportée, ces derniers jours, par un corbeau…

Depuis le début du mois de juillet, des lettres anonymes signées « L’informateur » atterrissent sur les bureaux des administrations et des médias. Et leur contenu est ô combien ravageur : l’auteur des courriers, qui se présente « comme pompier professionnel depuis plus de dix ans », dénonce l’organisation plus ou moins régulière de « partouzes » au sein de la caserne antiboise. « Partouzes » qui se dérouleraient pendant les temps de garde, quand les soldats du feu se doivent d’être prêts à intervenir.

Pour justifier sa délation, le corbeau raconte « ne plus pouvoir cautionner de tels agissements, contraires à son éthique ». Il décrit notamment dans le détail une insoutenable soirée de juin où « une quinzaine de pompiers se sont retrouvés nus avec des couples civils… »

« On a dépassé les bornes »
Surréaliste. Au point que ces révélations ont, forcément, été prises à la légère dans un premier temps. Seulement, peu à peu, le témoignage de « l’Informateur » a pris de l’épaisseur. Évaporée, la thèse du canular. Dans la confidence et sous couvert d’anonymat, plusieurs pompiers de la caserne d’Antibes ont confirmé les faits. Certains ont même évoqué l’existence de photos et de vidéos. Et des détails ont crédibilisé ce secret de polichinelle.

Ainsi, aux dires d’un secouriste, c’est un couple échangiste et deux autres civils qui auraient rejoint la caserne, lors de la fameuse soirée de juin. Plus de dix hommes sur les vingt-trois que comptait la section en poste (la caserne compte plus de 180 pompiers au total) se seraient alors retrouvés dans une pièce pour une gigantesque partie fine… « Cette nuit-là, on a clairement dépassé les bornes, commente, dans le privé, un officier. Les femmes dans les casernes ça a toujours existé mais pas à ce niveau-là. Faire venir des échangistes à la caserne est inexcusable. Ces débordements sont, à mon sens, la conséquence de nombreuses années d’impunité.

Depuis longtemps, quelques pompiers jouent avec les limites fixées comme à des gosses par leurs parents. Et, comme, personne ne les a jamais sanctionnés, ils se croient intouchables. Et vont toujours plus loin. Désormais, ils ont sali l’image de la caserne. À cause d’eux, certains s’amusent à la présenter comme le dernier endroit à la mode pour aller baiser dans les Alpes-Maritimes. Ce qui est évidemment faux… » Et cet officier n’est pas le seul à se lamenter de cette triste réputation. Depuis que le conseil général et la préfecture ont été informés de l’affaire, il se murmure que le ton est sérieusement monté.

L’ouverture de l’enquête administrative en est, d’ailleurs, la première illustration.

Commentaires (1)

il ne faut exagérer non plus cela se passe dans toutes les casernes france,ce famaus corbeau doit certainement faire parti du groupe en plus

Ecrire un commentaire