Article en vedette

Formations d’urgence: la formation incendie

Bob était couché sur une table à l’intérieur de la cafétéria de l’université Claude Bernard à LYON comme une demi-douzaine d’employés  prêts à le réanimer avec un défibrillateur externe automatisé. « C’est peut-être l’étincelle qui sera nécessaire à...

Lire plus

scurit incendie

L’apprenti pompier aimait trop le feu

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie | Publié le 12-02-2011

Étiquettes : , , , ,

1

Le sapeur-pompier qui accompagne le visiteur sur le chemin du bureau du chef de centre est d’abord cordial. A l’annonce des raisons de cette visite, le silence tombe, embarrassé. Il suffit d’un nom, Hervé H., pour que les visages se ferment, que soient bredouillés des rappels au sacro-saint « devoir de réserve ». Le major Jover, qui dirige la caserne de Vidauban (Var), est le seul à lâcher quelques mots : « Ce qu’il a fait est impardonnable, il faut qu’il le sache. » Point. En cause, l’histoire récente de ce pompier volontaire – depuis 2009 – de 35 ans. Et mis en examen pour « incendies volontaires ».

Le « chat noir » de la caserne

L’affaire éclate début janvier. Hervé est surpris par un de ses collègues pompiers en train de mettre le feu à un conteneur à poubelles, dans un quartier périphérique de Vidauban, une petite commune à quelques kilomètres de Draguignan. La hiérarchie est avertie, la gendarmerie aussi. L’homme, encore pompier « stagiaire » – il n’a pas terminé sa formation initiale –, est placé une première fois en garde à vue le 10 janvier. Sans résultat. Mais le témoignage recueilli ne fait pas de doute, et l’enquête se poursuit dans l’ombre. Bientôt, ce sont plus de cinquante incendies suspects qui étoffent le dossier, sur lequel Hervé est de nouveau entendu le 4 février.

Le même jour, il est écroué à Toulon après avoir reconnu une trentaine de faits, selon le parquet de Draguignan. Feux de forêt, de broussailles, de poubelles. « Quelques-uns ont pris plus d’importance qu’il ne le voulait », heureusement sans autre conséquence que des dégâts matériels. Dans la caserne, Hervé avait fini par « être considéré comme un chat noir : quand il était là, ça brûlait », explique Danielle Drouy-Ayral, procureur de la République de Draguignan.

Un « brave gars »

« Il a encore du mal à expliquer ses motivations, à mettre des mots sur ce qui s’est passé, résume la magistrate. D’après lui, il a commis les premiers actes pour avoir des sujets de conversation avec ses collègues. C’est quelqu’un qui a des problèmes relationnels. Pour les autres faits, il évoque des pulsions, une addiction au feu… » Pulsions, addiction… en d’autres termes, des symptômes de pyromanie : une fascination pour le feu, sans malveillance, sans but lucratif, sans désir de vengeance.

Hervé avait commencé sa formation courant 2009 aux Arcs-sur-Argens. Au printemps 2010, il demande sa mutation à Vidauban, pour « incompatibilité d’humeur ». Les pompiers professionnels, comme les volontaires, qui ont côtoyé Hervé le décrivent comme un « brave gars ». Christophe (*), qui l’a croisé il y a environ un an sur les lieux d’une formation, se souvient d’« un garçon très motivé, très attentif, très mature contrairement à ce qu’on lit dans les journaux », « un mec réactif, très intéressé par le métier, avec des signes de compétence ». La plupart, tout de même, en veulent à celui par qui le scandale arrive dans une profession difficile. « Il y a un risque que ça entache la réputation de tous les pompiers, regrette l’un d’eux, qu’il y ait un amalgame… » D’autres, s’ils condamnent les faits, voient dans ces affaires une fatalité : « Ce n’est ni le premier ni le dernier. Le feu, c’est ce qui donne le plus d’adrénaline, alors… »

Un « solitaire »

Pourquoi ? C’est la question qui taraude tous les proches d’Hervé aujourd’hui. Pourquoi ces « bêtises » alors qu’il a la vie devant lui ? Pourquoi maintenant, alors qu’aucun signe n’a jamais été décelé ? Employé dans l’entreprise familiale de vente de matériel médical, Hervé fait figure, d’après son épouse depuis cinq ans, de « solitaire », mais aussi de « déterminé, passionné ». Une impression confirmée par son avocate, Laura Ruggirello, qui parle d’un « bon gars, travailleur, mais très introverti, qui ne se livre pas facilement ». Père attentif de trois enfants, Hervé est passionné de chasse sous-marine, de pêche en mer, de grands espaces. Toutes choses dont il devra se passer, jusqu’à ce que, derrière des barreaux et suivi par un psychiatre, il comprenne la portée de  son geste et dépasse sa passion du feu qui détruit.

Commentaires (1)

Ha mais nous aussi on va vous mettre le feu au Var:

Message reçu du Collectif Autre Monde : Affaire Amidlisa pédocriminalité Var

DECLARATION DE GUERRE

Viols et meurtres d’enfants en bandes et partouzes organisées, formatages illuminati, enfants découpés vivants, enfants obligés de manger les victimes que l’on vient de leur faire tuer, snuff movie …
Alors comme cela, Monsieur le Président de la République Bananière Française Nicolas Sarkozy, par magistrats et fonctionnaires interposés, (n’est-il pas madame l’avertie et zèlée juge d’instruction Estelle Lassaussois) monte une énième cabale et fait mettre en examen la mère des enfants M…. de Cogolin et le rusé grand-père Jack Maillard…
Monsieur Nicolas Sarkozy est un doux rêveur. Veut-il faire trinquer, ruiner, enfermer cette famille varoise comme il a fait trinquer les prostituées toulousaines pour étouffer l’affaire des notables de la maison de Noé? Se croit-il encore au temps béni de l’affaire Alègre pour protèger, une fois de plus, un énième réseau pédocriminel ?
Monsieur Nicolas Sarkozy ne semble avoir cure du sort et du devenir des trois enfants M….. de Cogolin !
L’illuminati Nicolae Sarkozy, protecteur de longue date de pédocriminels sataniques va s’en prendre plein la gueule ! Il finira comme Nicolae Ceausescu
-‘ Au Collectif Autre Monde l’on va vous mettre le feu au Var et à la France entière !’

Ecrire un commentaire