Article en vedette

Incendie à Saint-Etienne : les pompiers ont évité le pire

Malgré l’intervention des 120 pompiers, le feu n’a finalement épargné aucune entreprise. BBA Emballages, La Poste et les archives de l’armée ont été diversement touchées. L’essentiel est éteint sauf quelques foyers résiduels. Une vingtaines de sapeurs-pompiers seront maintenus...

Lire plus

scurit incendie

Le 112, valable de partout

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie | Publié le 09-07-2011

Étiquettes : , ,

0

Le 112, numéro d’urgence européen, sera désormais valable pour l’ensemble des secours en haute montagne, selon une circulaire du ministre de l’Intérieur qui organise les interventions des gendarmes, CRS et pompiers en haute montagne.

Jusqu’à présent, ce numéro ne permettait pas de joindre directement par exemple le prestigieux peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix (Haute-Savoie), le plus ancien service de secours spécialisé montagne, créé en 1958.

Dans une circulaire du 6 juin, le ministre de l’Intérieur Claude Guéant clarifie les interventions des secours en montagne, pour pacifier les rapports entre, d’une part, les gendarmes et les CRS, et de l’autre, les pompiers qui depuis quelques années manifestaient leur colère « d’être ravalés au rang de simples supplétifs des secours ».

Cette circulaire de 9 pages rédigée par le préfet Jean-Paul Kihl, nouveau directeur de la Sécurité civile, était réclamée avec force par la fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) afin de préciser le rôle de chacun.

De nombreux conflits avaient éclaté en France entre pompiers et gendarmes de montagne ces dernières années. Le journal de la fédération des pompiers avait dénoncé la multiplication des dysfonctionnements avec la gendarmerie avec des conséquences dramatiques citant « le décès en février 2010 d’une randonneuse dans les Vosges » dont la mort aurait pu être évitée, selon les pompiers, si on les avait appelés.

Ecrire un commentaire