Article en vedette

Mort d’Amy Winehouse: « Un talent tristement gâché »

La chanteuse britannique Amy Winehouse, âgée de 27 ans, a été retrouvée morte à son domicile de Londres samedi 23 juillet, a annoncé la police britannique. « La police a été appelée par le service londonien des ambulances à une adresse à Camden Square peu avant 16 h 05 (15 h 05 GMT), à...

Lire plus

scurit incendie

Le feu ravage le bâtiment d’un mareyeur caennais

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie | Publié le 16-01-2011

Étiquettes : , , , , ,

1

À Mondeville, un bâtiment de la société familiale de mareyeurs-négociants a été la proie des flammes, hier après-midi. 37 salariés ont été évacués. Aucun d’eux n’est blessé. Les dégâts sont importants.

L’épaisse fumée noire était visible à plusieurs kilomètres à la ronde, autour de Caen. À tel point que la circulation à proximité a dû être déviée. Hier, à Mondeville, une partie du bâtiment de la société familiale de mareyeurs-négociants Lequertier, a été ravagé par le feu. 15 h 40, de son bureau, une salariée voit de la fumée sortir du toit, à l’opposé du bâtiment de 5 000 m2. Celui-ci compte trois parties indépendantes (5 000 m2), quarante salariés dans chacune.

La partie touchée abrite des réserves, les bureaux des acheteurs-vendeurs et un local de conditionnement, ainsi que le quai de déchargement des camions frigorifiques. « Le temps que je monte et que je redescende, ça a pris », raconte un employé. « Il n’y avait que de la fumée. Une épaisse fumée noire ! C’est énorme, énorme… », commente au téléphone un autre. Les yeux rougis, Didier Lequertier, patron avec son frère Érick d’une holding de quatre entités (la société a été créée en 1968), n’a « rien vu. Ça s’est propagé tout de suite. On n’a rien pu faire ». Les extincteurs n’ont guère été utiles.

Les trente-sept salariés ont tout de suite été évacués du bâtiment en feu. Aucun d’eux n’a été blessé. Les autres employés du site sont également sortis à l’extérieur. Impressionnés, abasourdis, choqués, pour certains.

Il a fallu pas moins de cinquante soldats du feu pour circonscrire cet incendie alimenté par le polystyrène des caisses servant au poisson, aux crustacés et coquillages. Le feu a pris dans les vestiaires. « L’éteindre là où ça brûle ne sert à rien. Il faut surtout arrêter la propagation », précise le capitaine Silvère Claude, chef de colonne au Service départemental d’incendie et de secours du Calvados.

Équipés de quatre engins d’incendie, les pompiers se sont servis de deux moyens d’alimentation, deux grandes échelles et huit lances pour en venir à bout. L’épaisse fumée noire a été stoppée vers 17 h.

Trois portes coupe-feu, puis l’action des lances, ont évité toute propagation de l’incendie dans le reste de l’établissement, où se trouvent une autre zone de reconditionnement des produits (comme la fabrication de filets de poisson), le magasin et l’administration. Une consolation pour Didier Lequertier : « L’activité va pouvoir reprendre dans cette partie, qui n’a pas été touchée. » Les experts en assurances se sont déplacés dès hier soir. L’ampleur des dégâts et la perte de l’exploitation pourraient avoisiner les « 1,5 million d’euros ».

Commentaires (1)

Il ne faut surtout pas lésiner sur la sécurité des bâtiments industriels
quel dommage!

Ecrire un commentaire