Article en vedette

Deux tirs contre la caserne des pompiers à Viviez

Hier après-midi, l’adjudant-chef Robert Garcia, commandant adjoint du centre de secours principal des sapeurs-pompiers du Bassin a déposé plainte au commissariat de Decazeville au nom du SDIS (service départemental d’incendie et de secours) de l’Aveyron et des sapeurs-pompiers présents...

Lire plus

scurit incendie

Les pompiers submergés

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie | Publié le 09-07-2011

Étiquettes : ,

0

Chez les pompiers de Paris, le lundi 27 juin restera dans les annales. Ce jour-là, la BSPP (brigade des sapeurs-pompiers de Paris) a effectué 2 002 sorties dans sa zone d’intervention, à Paris et en petite couronne. « Record battu, c’est de la folie », commente le lieutenant-colonel Le Testu, chargé de communication à la BSPP. Habituellement, les pompiers effectuent en moyenne 1400 sorties par jour.

« Le 27 juin, c’était un jour de grosse chaleur, on a fait beaucoup d’interventions liées à cela », explique le porte-parole.

Pour les pompiers, cette journée est représentative d’une tendance inquiétante : depuis plusieurs années, le nombre de sorties pour « secours aux personnes » explose et les submerge. Car les pompiers sont de plus en plus appelés pour des problèmes mineurs ou qui pourraient être pris en charge par des médecins. En 2004, les sorties pour secours aux personnes étaient 280000. Elles dépassent désormais les 387000 par an sur 500000 interventions. Une situation tellement préoccupante que le général commandant la BSPP, Joël Prieur, a tiré la sonnette d’alarme la semaine dernière, lors du comité de gestion de la brigade à laquelle participent les élus des départements où interviennent les pompiers parisiens.

25% à 30% d’interventions injustifiées

« On estime de 25% à 30% le nombre d’interventions non justifiées, poursuit Pascal Le Testu. On atteint la limite critique : un jour, nous aurons un problème sur une intervention grave car nos effectifs seront mobilisés sur des incidents anodins. Il faut rappeler une règle : nous sommes des urgentistes, nous intervenons sur des situations graves où il y a péril. » L’inflation des sorties injustifiées a aussi un coût : l’intervention d’un médecin coûte 66 €, alors qu’un véhicule de pompiers coûte 204 €.

Ecrire un commentaire