Article en vedette

Feu à Vengeons : 3 personnes sauvées

Près de Sourdeval, dimanche matin, les pompiers ont sauvé des flammes trois femmes bloquées à l’étage. Vers 4 h 30, dans la nuit de samedi à dimanche, un incendie s’est déclaré dans une maison de Vengeons, près de Sourdeval (Sud-Manche). A l’intérieur, quatre personnes âgées...

Lire plus

scurit incendie

Maison passive: un geste pour la nature mais pas pour les pompiers

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie | Publié le 28-02-2011

Étiquettes : ,

0

Beaucoup plus étanches que les maisons traditionnelles, les maisons passives favorisent le phénomène de hausse de température. Mais ce n’est pas sans risque.

Selon une étude menée par le professeur Sylvain Brochez à l’Université de Mons, les interventions lors d’incendies dans les maisons passives sont potentiellement plus dangereuses que dans les habitations traditionnelles. « C’est un sujet nouveau pour nous », a déclaré Thierry Dagnelie, le capitaine des services incendies de Bruxelles Capitale. « Nous n’avons jamais été confrontés à un tel cas de figures. Mais il est clair que les maisons passives inquiètent les pompiers ». 
 

Le principal problème: l’isolation
 
Pour Thierry Dagnelie, l’isolation de ce type de foyer est susceptible d’accentuer les risques. « Le renouvellement d’air dans ce type d’habitation est beaucoup moins important. Cela peut entraîner des phénomènes de hausse de température. Ces risques sont présents dans toutes les interventions. Mais ici, ils sont plus importants »

 Des solutions existent
 
L’étude du professeur Sylvain Brochet de l’Université de Mons propose aux propriétaires d’une maison passive une multitude de solution pour réduire les risques. Notamment l’élaboration d’un plan d’incendie, le fait d’envisager une sortie de secours autre que la porte d’entrée et, en cas d’incendie, de toujours prévenir les pompiers du type d’isolation de la demeure.

 Le marché des maisons passives en hausse continue
 
Pour l’instant, aucune décision n’a été prise afin de préparer les services pompiers à ce type d’intervention. Néanmoins, les autorités concernées vont continuer ces études pour en retirer les enseignements nécessaire à la formation des hommes du feu. Une initiative nécessaire, au vu des perspectives du marché de ce genre d’habitation; 23,8 % des nouvelles constructions, en 2015, seront des demeures  dites « passives ».

Ecrire un commentaire