Article en vedette

Feu d’immeuble à VICHY, 3 morts et

L’incendie a fait trois morts et 12 blessés, dont deux graves. Trois personnes sont décédées dans leur sommeil et six personnes ont été blessées, dont deux grièvement, dans l’incendie d’un immeuble survenu dans la nuit de lundi à mardi à Vichy. Le feu s’est déclaré vers...

Lire plus

scurit incendie

Pompiers : fini le tout gratuit

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie | Publié le 28-02-2011

Étiquettes : , , ,

0

 

Vous étiez jusqu’à main­tenant habitués aux pom­piers et peut-être attachés à la mis­sion de “ser­vice pub­lic” qui leur incom­bait. Mais pour faire face à la mon­tée des deman­des d’interventions pour la destruc­tion de nids de guêpes ou le déblocage d’ascenseurs, le Ser­vice Départe­men­tal d’Incendie et de Sec­ours (SDIS) vient de changer la donne, en annonçant la fac­tura­tion de cer­taines mis­sions jugées de “confort”.

Si le “18” fait par­tie des numéros chers aux français, les pom­piers reçoivent un nom­bre d’appels crois­sant, qui aug­mentent con­sid­érable­ment leurs frais de fonc­tion­nement et ne relèvent pas for­cé­ment de “cas d’urgence”. Pour Bertrand Devys, vice-président du con­seil général des Yve­lines et prési­dent du SDIS “les sapeurs-pompiers sont des salariés et il faut met­tre du car­bu­rant dans les véhicules. […] Ce ne sont pas les con­tribuables qui doivent sup­porter ce genre d’intervention, c’est le béné­fi­ci­aire qui doit payer la presta­tion.”*

Bien sou­vent, les pom­piers sont appelés par réflexe, alors que d’autres solu­tions pour­raient être utilisées, moins onéreuses pour la com­mu­nauté. En effet, des moyens impor­tants sont à chaque fois mobil­isés (hommes et véhicules) ce qui fait grimper la note. Des per­son­nes souf­frant d’un léger malaise ou d’une douleur à l’abdomen en oublient de con­sul­ter leur médecin général­iste, pour­tant par­faite­ment com­pé­tent en la matière. Quant à cer­taines inter­ven­tions, elles relèvent plus du domaine des arti­sans ou de spé­cial­istes : destruc­tion de nids de guêpes (con­tac­ter une société spé­cial­isée), déblocage d’ascenseurs (con­tac­ter un ascen­soriste), per­sonne à la porte de leur habi­ta­tion du fait d’une porte claquée (con­tac­ter un ser­rurier ou votre ).

Afin de recen­trer les actions des pom­piers sur des mis­sions de ser­vice pub­lic à fort degré d’urgence, cer­tains actes devi­en­nent donc payants. A vous de juger désor­mais si vous souhaitez tou­jours faire appel au 18 ou passer directe­ment par un ser­vice spé­cial­isé (ascen­soriste, ser­rurier, médecin…). Bien entendu, en cas de prob­lèmes que vous jugez graves (symp­tômes d’une crise car­diaque ou autres prob­lèmes de santé néces­si­tant un traite­ment sans attente,  incendie, acci­dent de la route … n’hésitez pas à com­poser le 18, les pom­piers per­me­t­tant d’avoir une prise en charge rapide et un excel­lent niveau de service.

Tar­i­fi­ca­tion des actes :

  • Destruc­tion d’un nid de guêpes : 110 €
  • Trans­port à l’hôpital : 105 € (hors urgence)
  • Ascenseur blo­qué : 330 €
  • Clés restées dans la ser­rure et per­sonne blo­quée à l’extérieur : 440 € pour l’ouverture de la porte

*source : Le Parisien 21–02-2011

Ecrire un commentaire