Article en vedette

Perigueux: un enfant sauvé des eaux par un passant.

Âgé de 2 ans et demi, le petit garçon a échappé quelques instants à la vigilance de ses parents puis a basculé dans l’eau. Il a été sauvé in extremis par un passant. En fin d’après midi hier, le petit garcon de  2 ans et demi avait repris une température normale. Sa vie était...

Lire plus

scurit incendie

Quand un incendie part chez les pompiers…

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie, Faits divers | Publié le 09-08-2011

Étiquettes : , , , , , , , ,

0

On est très en colère contre cette entreprise. Ils n’ont pas trouvé mieux à faire que de mettre le feu ! On n’a pas l’habitude d’éteindre les incendies chez nous, on est là pour les éteindre chez les autres ! »

Le colonel Christophe Risdorfer, patron des pompiers de l’Hérault, était particulièrement remonté hier, à la suite d’un incendie qui s’est déclaré dans les locaux du Sdis (service départemental d’incendie et de secours), à Vailhauquès.

Le sinistre s’est déclaré vers 11 h, dans l’un des trois bâtiments du Sdis, celui qui abrite le CTA-Codis, où sont réceptionnés et gérés tous les appels “18” du département. Des ouvriers d’une entreprise ayant remporté le marché pour refaire l’étanchéité de la toiture de cet édifice, ont mis le feu à des lattes en bois alors qu’ils travaillaient sur des barres métalliques.

« Ils n’ont pas pris les précautions d’usage, c’est parti et ça s’est propagé au toit en deux minutes », fulmine le colonel Risdorfer. D’autant plus furieux que le chantier a déjà été arrêté récemment, lorsque des malfaçons ont été constatées…

Aussitôt, les pompiers présents sur place se sont logiquement mis en boulot, rapidement épaulés par les sapeurs de la caserne de La Paillade ou de Pignan (une trentaine en tout), ainsi que la grande échelle. L’intervention a été assez longue à cause de la combustion de la laine de verre qui a dégagé d’épaisses fumées noires.

Mais même si, au final, les dégâts sont importants (un tiers du toit du CTA-Codis a été détruit), l’essentiel a été assuré : il n’y a pas eu de panne d’électricité ni de téléphone. « L’activité n’a pas été inquiétée, fort heureusement. La continuité du service public de secours a été assurée », explique le patron des pompiers.

Outre la toiture, l’eau utilisée pour lutter contre le sinistre a provoqué quelques dégâts collatéraux : plusieurs bureaux ont été inondés et le PC feu a également été touché.

Ecrire un commentaire