Article en vedette

Un mort et huit blessés dans un incendie à Paris

Un mort et huit blessés. C’est le bilan de l’incendie qui s’est déclenché dans la nuit de dimanche à lundi dans le XIIIe arrondissement de Paris. Le feu a pris peu avant 2h du matin aux 4ème et 5ème étages d’un immeuble d’habitation de six étages de la rue Regnault. Le...

Lire plus

scurit incendie

Alerte : un fluide frigorigène, mortel en cas d’incendie, va être installé dans la climatisation des voitures.

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 22--2012

Étiquettes : , ,

1

Si dans l’avenir proche vous souhaitez changer de véhicule, renseignez-vous sur le fluide qui a été choisi pour la climatisation par le constructeur, car au nom de l’écologie ces derniers vont remplacer le fluide frigorigène actuel par un fluide qui est mortel en cas d’incendie de la voiture.

Donc, dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, les Etats-Unis, le Japon et l’Europe ont homologué dernièrement un fluide frigorigène censé réduire de 98% l’impact sur l’environnement, révèle le site de France Info ce mardi.

Le HFO-1234yf, c’est son nom, est un fluide frigorigène qui est très inflammable. C’est à partir de 405° qu’il s’enflamme, or dans l’incendie d’un véhicule, la température s’élève à plus de 1.200°.

Si vous avez un accident avec ce véhicule et qu’un incendie se déclare, ce fluide produit lors de sa combustion un gaz qui au contact avec de l’eau génère un acide particulièrement dangereux pour l’homme : l’acide fluorhydrique. Cette eau peut provenir soit du liquide de refroidissement ou du lave glace, ou également des tuyaux des pompiers venus éteindre l’incendie.

L’acide fluorhydrique est un des acides les plus puissants et les plus toxiques qui existent et qui a la propriété unique de dissoudre la plupart des métaux, et de transpercer le verre.

La formation SST à Lyon

Publié par C.alertis | Classé dans Formation secouriste SST | Publié le 22--2012

Étiquettes : , , ,

0

Alertis propose des formations Sauveteur Secouriste du Travail (formation SST à Lyon)

Le titulaire de la formation SST devient par ses compétences, un citoyen acteur de sécurité civile à part entière, ce qui, en cas d’accident, le positionne comme le premier maillon de la chaîne de secours en France. Il sera capable de réaliser des gestes de premiers secours. Le citoyen est placé au cœur du dispositif de la sécurité civile, le rendant le premier acteur de sa propre sécurité et de celle des autres.

Des mises en situation d’accidents simulés et réalistes permettant à l’apprenant de se confronter à la réalité.  Alertis possède l’agrément pour effectuer les formations SST.

Pour toute demande de formation SST , n’hésitez pas à nous contacter au 04.78.90.46.30 ou par internet au www.alertis.fr

Une formation pour bien utiliser le défibrillateur

Publié par C.alertis | Classé dans Formation secouriste SST | Publié le 22--2012

Étiquettes :

0

Un cours de secourisme au cours duquel les participants ont assisté à une démonstration de l’utilisation d’un défibrillateur a eu lieu mercredi 18 janvier.

L’utilisation de l’appareil  a captivé l’auditoire qui s’est senti concerné par le sujet. L’appareil avait été offert à la commune par le Rotary l’an dernier et chacun a pu s’exercer à faire fonctionner les électrodes sur la poitrine d’un mannequin au sol.

« C’est moins compliqué qu’un jeu vidéo, a confié l’intervenant. L’appareil parle et indique les gestes à accomplir, ce qui le rend accessible à tous. Grâce à une impulsion électrique, une immense majorité de victimes, touchées par un problème cardiaque, peuvent être maintenues en vie jusqu’à l’arrivée d’un médecin. Les premiers gestes sont très importants et l’homme de la rue peut avoir un réel rôle salvateur. »

Formation incendie dans les écoles: qui doit payer?

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 22--2012

Étiquettes : ,

1

La commission de sécurité a pointé, dans une quarantaine d’écoles, l’absence de formation des enseignants au maniement d’extincteurs. Mairies et Éducation nationale se renvoient la balle.

Une quarantaine d’écoles du département ont reçu un « avis défavorable à l’accueil du public » de la part de la commission de sécurité. Si on prenait cet avis au pied de la lettre, ces écoles seraient fermées, sur décision du maire. Voire du préfet. Leur toit menace de s’effondrer ? Les enfants y sont en danger ?

Pas du tout. Simplement, leurs enseignants ne sont pas formés à l’utilisation des extincteurs qui y sont installés. « En cas d’incendie, la priorité pour un enseignant, c’est de mettre ses élèves en sécurité, en les faisant sortir de la classe, rappelle l’inspecteur d’académie. La sécurité des élèves passe avant celle des locaux. Une fois par trimestre, il y a dans chaque école des exercices d’évacuation d’incendie. »

« Position rigoureuse »

Mais depuis 2010, lors des visites d’écoles, contrôlées comme tous les établissements accueillant du public, le « préventionniste » (un capitaine de pompier) de la commission tique. « Il ne pas fait de zèle, soutient le préfet, qui préside cette commission. Il ne fait que vérifier que la règle était appliquée. »

Et cette règle qui prévoit que « des personnes désignées soient formées à la manoeuvre des moyens de secours et à l’évacuation » ne l’était pas dans ces écoles. D’où l’avis défavorable. « Une position très rigoureuse, reconnaît le préfet, mais c’est vrai que dans les écoles, ça ne marche vraiment pas. »

Pourquoi ? Parce qu’à la question simple : « Qui est responsable » ? et « Qui assure la formation », mairies et Éducation nationale ne parviennent pas à se mettre d’accord. Chacune se renvoyant la balle. Les écoles ont en effet la particularité de se trouver dans des locaux municipaux, avec du personnel de l’État.

Du « bon sens »

« C’est vrai que si les textes étaient plus clairs » poursuit le préfet, Pascal Lelarge. Qui a fini par trancher pour « sortir de cet imbroglio ». Selon lui, « il faudrait que les maires acceptent de mettre en place une formation et désignent le responsable qui s’assurera du bon déroulement de l’évacuation. C’est du bon sens, poursuit-il, sinon, on peut se demander à quoi servent les extincteurs dans des écoles, si les principaux intéressés ne savent pas les utiliser ». Le préfet n’a pas autorité sur les maires. Mais « le pouvoir de compliquer les choses » en… fermant les écoles.

« La Sarthe, est, à ma connaissance le seul département où la commission de sécurité exige que les enseignants soient formés au maniement des extincteurs, s’étonne Emmanuel Roy, l’inspecteur d’académie. Si on me dit que les enseignants doivent être formés on prendra le temps de le faire. »

Et la prise en charge financière ? « Ça ne représentera pas forcément un coût supplémentaire pour les municipalités. Elles allouent des budgets de fonctionnement aux écoles. Celles-ci peuvent choisir d’y consacrer une part à la formation d’une partie des enseignants ».

Pour toute demande formation incendie, contactez alertis sur internet au www.alertis.fr


Début d’incendie sans gravité à la MAPAD de Cayres

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 22--2012

Étiquettes : ,

0

Il était 17h30 lorsque les pompiers ont été alertés. L’alarme de sécurité incendie de la maison de retraite venait de se déclencher.
Le feu est parti d’une chambre. Fort heureusement, le résident n’y était pas à ce moment là, il se trouvait dans la salle de restaurant.

C’est une pile de magazines, située à proximité d’un hallogène qui a commencé à bruler. Une épaisse fumée s’est alors vite répandue.

17 personnes évacuées
Le personnel de la maison de retraite a été très efficace pour gérer cette situation de crise. Ils ont évacué 17 résidents d’une aile de la MAPAD à l’aile opposée. (Les ailes opposées sont séparées par des portes coupe-feu)

Une fois le départ de feu maîtrisé, la fumée a été évacuée par les trappes de désenfumage prévues à cet effet.

Tous les résidents, soit 61 personnes, ont été vus par les pompiers. Le personnel de la maison de retraite, soit 8 personnes présentes au moment des faits, a également fait l’objet d’un examen rapide permettant de s’assurer de la bonne santé de chacun.

Pour toute demande formation incendie pour les maisons de retraite, EHPAD, ERP de type J ou U, établissement de soins, contactez alertis à l’adresse internet: www.alertis.fr

Suicide de l’épouse du ministre de l’Education Luc Chatel

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 22--2012

Étiquettes : , ,

0

« Luc Chatel confirme le drame personnel qui est survenu ce matin. Il demande le respect de sa vie privée pour ses enfants, sa famille, pour lui », a-t-il écrit dans une déclaration à l’AFP transmise par son directeur de cabinet, Philippe Gustin.

La femme de M. Chatel s’est suicidée et son corps a été retrouvé à son domicile de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), selon des sources policières. D’après une source proche du dossier, c’est la mère de Astrid Herrenschmidt qui a retrouvé le corps de sa fille à son domicile.

Astrid Herrenschmidt, 45 ans et qui appartenait à une grande famille alsacienne d’industriels, avait épousé Luc Chatel en 1991. Le couple avait quatre enfants.

La manière dont l’épouse de M. Chatel a mis fin à ses jours reste « indéterminée », a indiqué la source proche du dossier, alors que des sources policières ont parlé d’un suicide par pendaison.

Des examens sur le corps de la défunte sont prévus lundi.

Un camion de services spécialisés pour le transport de corps a stationné durant une heure devant l’immeuble neuf de Boulogne-Billancourt où résidait l’épouse du ministre, avant de repartir vers 16H30, a constaté un journaliste de l’AFP.

Des policiers avaient dressé un périmètre de sécurité et tendu des draps devant l’entrée de l’immeuble pour tenir à distance la presse et les badauds.

Luc Chatel, 47 ans, est depuis 2009 ministre de l’Education nationale après avoir été secrétaire d’Etat à l’Industrie et porte-parole du gouvernement.