Article en vedette

Prison avec sursis pour les pompiers incendiaires

L’affaire n’était pas passée inaperçue lors de sa révélation, l’an dernier. En avril 2010, c’est la maire de Riedisheim, Monique Karr, elle-même qui avait fait part au procureur de la République de soupçons pesant sur certains pompiers volontaires, concernant de nombreux feux ayant...

Lire plus

scurit incendie

Ils empêchent les pompiers de sauver un enfant

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 11--2012

Mots-clefs :, , , ,

0

Dix minutes cruciales durant lesquelles les pompiers ont cru ne jamais pouvoir assurer leur mission. Mardi après-midi, les sapeurs sont appelés pour un enfant de 7 ans qui a avalé une pièce de plastique dans son école de Viry-Châtillon. Le trafic est dense. Filant vers l’hôpital de Longjumeau, ils se frayent un passage route de Corbeil à Sainte-Geneviève-des-Bois quand une Smart s’interpose, faisant semblant de ne pas entendre les sirènes.

Avec le haut-parleur, les pompiers demandent au chauffeur de les laisser passer en précisant qu’un petit se trouve en danger. La voiture stoppe alors sur la route. Le passager descend, insulte les pompiers, frappe à coups de pied et de poing sur le camion. Le conducteur descend à son tour et tente d’ouvrir l’une des portes du véhicule. Des policiers, de retour d’intervention, tombent sur la scène et interpellent les deux personnes, deux frères très défavorablement connus de leurs services. Remis en liberté, ils devront s’expliquer devant la justice. L’enfant, lui, a été conduit à l’hôpital.

Des pompiers trop zélés

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 10--2012

Mots-clefs :, ,

1

Le président du Sdis 64 vient de saisir le procureur de Pau sur des suspicions de détournements d’argent au sein de la caserne.

Une nouvelle affaire secoue le Service départemental d’incendie et de secours des Pyrénées-Atlantiques (Sdis 64) : une plainte contre X déposée courant janvier par son président, le conseiller général Yves Salanave-Péhé, auprès du procureur de la République de Pau pour « détournement de fonds publics », « faux et usage de faux » et « soustraction frauduleuse de biens publics ».

Dans l’œil du cyclone : des sapeurs- pompiers professionnels du centre de secours de Mourenx. « J’ai été alerté en septembre d’agissements anormaux dans cette caserne, comme quoi des pompiers bénéficiant du double statut professionnel/volontaire inscrivaient leur nom sur des comptes-rendus d’intervention alors qu’ils n’étaient en fait pas présents et touchaient ainsi des vacations indues », explique Yves Salanave-Péhé.

Des rapports bidonnésDécidé à faire la lumière sur cette histoire, le président du Sdis déclenche aussitôt une enquête interne, confiée au chef du groupement Est, le lieutenant-colonel Patrick Geisler. Ce dernier investigue pendant deux mois et auditionne tous les sapeurs-pompiers de Mourenx (ils sont 87 depuis le rattachement d’Artix l’été dernier, soit 55 volontaires et 32 profes- sionnels). Le 30 novembre dernier, il rend son rapport.

Ses conclusions, reprises dans la plainte que nous avons en notre possession, sont accablantes : entre 2006 et 2009, plusieurs pompiers professionnels, sous-officiers ou même un officier, auraient bidonné des comptes rendus d’interventions pour gonfler leurs revenus, n’hésitant pas à se rajouter parmi les secouristes quand bien même ils se trouvaient à des centaines de kilomètres du Béarn. Comme ce 1er novembre 2008, où le nom d’un pompier pro apparaît sur un incendie, place des Pyrénées, à Mourenx, alors qu’il est… en vacances à Carcassonne !

Devant leur hiérarchie, plusieurs pompiers ont reconnu des entourloupes, devenues pour certains de véritables habitudes. D’aucuns s’inscrivaient systématiquement cinq ou six interventions par semaine d’astreinte, même lorsqu’ils n’étaient pas dérangés. D’autres se faisaient marquer en volontaire sur leur temps de travail normal. Or, quand on sait que la vacation est payée 11,20 euros de l’heure pour un officier, 9 euros pour un sous-officier, 8 euros pour un caporal et 7,45 euros pour un sapeur, cela peut finir par rapporter gros. D’autant que cette rémunération n’est assujettie à aucun impôt ni soumise à aucune charge.

Autre étrangeté révélée par le rapport Geisler : les pleins d’essence. Il semblerait que tous les bidons n’allaient pas forcément aux véhicules de la caserne de Mourenx mais dans les coffres de certaines voitures personnelles. L’enquête administrative n’a pu aller jusqu’au bout de ses recherches. Elle s’est heurtée à une surprenante disparition d’une partie des archives. Ce qui explique sans doute l’impossibilité de chiffrer avec exactitude le montant du préjudice présumé.

« Des pratiques isolées »Celui-ci ne doit toutefois pas être dérisoire pour qu’Yves Salanave-Péhé ait estimé nécessaire de saisir la justice. « Il était de mon devoir de le faire, pour protéger l’institution du Sdis, à laquelle je suis profondément attaché comme tout service public », argumente l’élu. « Il apparaîtrait que ces pratiques n’ont plus cours aujourd’hui et qu’elles furent isolées », insiste-t-il.

Reste que cette affaire, sur laquelle le procureur doit désormais statuer, pose la question du contrôle des deniers publics au sein des Sdis. Un sujet sur lequel s’est penchée récemment la Cour des comptes, qui a pointé la flambée des dépenses, et notamment des charges de personnels, dans un rapport publié en décembre dernier.

Dans le cas qui préoccupe Mourenx, le problème porte tout particulièrement sur le contrôle des comptes rendus d’interventions. Ceux-ci sont validés en interne par les chefs de centre avant d’être transmis au siège. « Il semblerait qu’il y ait eu des dysfonctionnements sur ce point », répond le président du Sdis qui a engagé une réflexion pour mieux encadrer les pompiers à la fois professionnels et volontaires. Un double statut permis par le législateur pour assurer la continuité des secours à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Mais un sujet très sensible. En témoigne le communiqué envoyé mardi soir par Yves Salanave-Péhé à l’ensemble des personnels du Sdis 64, les informant de l’affaire de Mourenx, les enjoignant « à rester sereins » et les assurant de son attachement « à la présomption d’innocence ».

Grave incendie à la Cité radieuse du Corbusier à Marseille

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 10--2012

Mots-clefs :

0

La Cité radieuse à Marseille restait vendredi sous étroite surveillance des marins-pompiers et dans l’immédiat inaccessible pour ses habitants, après un incendie qui a sérieusement endommagé le célèbre immeuble de Le Corbusier et laissé plusieurs dizaines de résidents sans logement.

Le feu, qui s’est déclenché jeudi après-midi pour une raison inconnue dans un appartement, n’était toujours pas « officiellement terminé » à la mi-journée, « un point chaud suscitant encore l’attention », même si les foyers étaient tous éteints depuis le début de matinée, selon les marins-pompiers.

« Nous sommes dans la phase de déblai, ça veut dire qu’on ne considère pas encore le feu éteint (…) On va sortir toutes les parties qui fument pour être sûr qu’il n’y ait plus du tout de points chauds », a indiqué le capitaine de frégate Jean-Michel Wagner, alors qu’à 13H00 il neigeait à gros flocons sur la Cité.

Un enfant meurt dans l’eau gelée d’un étang

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 10--2012

Mots-clefs :, , , , , ,

0

Samedi après-midi. Ils étaient deux enfants, de 11 et 12 ans, à jouer près de l’étang du camping des Bans, à Corcieux, près de Gérardmer dans les Vosges. Le lac est gelé, et les enfants, tous deux habitants du village, s’aventurent sur l’eau solidifiée. Hélas, la glace cède sous leur poids. Le plus âgé des deux garçons est mort.

« C’est un accident. Le garçon jouait avec un copain sur l’étang gelé quand la glace a rompu. Il est tombé à pic et n’a pu être réanimé par les secours », a expliqué à l’AFP le capitaine Philippe Biette, commandant en second de la compagnie de gendarmerie de Saint-Dié.

Cliquez ici !

Glace : attention danger

L’ami du garçon, âgé de 11 ans, a plongé dans l’eau et « essayé de récupérer son copain, en vain ». Il a prévenu les secours qui l’ont conduit à l’hôpital en état d’hypothermie. Les pompiers, qui ont estimé à 20 minutes le temps d’immersion de la victime, ont tenté sans succès de la réanimer.

Ce drame est l’occasion de rappeler le danger de la glace. Même si elle a l’air solide, les températures françaises permettent rarement de former une glace suffisamment solide pour supporter le poids d’un enfant, à plus forte raison celui d’un homme

Des dizaines de flamants roses sont morts de froid dans l’Aude

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 10--2012

Mots-clefs :, ,

0

Ils passent le plus clair de leur temps les pattes et le bec dans l’eau, à la recherche de nourriture. Alors, quand celle-ci se transforme en glace, les flamants roses sont menacés. Les habitants de Gruissant (Aude) sont depuis quelques jours les témoins d’un triste spectacle. 55 oiseaux ont en effet été retrouvés morts mercredi dernier dans les lagunes de la commune. Et encore, il ne s’agissait là que des oiseaux accessibles. « Il faut peut-être multiplier le chiffre par trois pour être proche de la réalité », s’est inquiété le major Gérard Azibert, à la tête des pompiers locaux, cité par nos confrères de RTL Belgique.

Avec des températures comprises entre – 7 et – 10 degrés celsius et des vents soufflant à 90km/h, les conditions de vies sont terriblement difficiles pour les flamants roses. Affaiblis, ils meurent de froid ou se retrouvent piégés, les pattes emprisonnées dans la glace, puis brisées à l’issue de vains efforts pour se libérer. Incapables d’accéder aux mollusques et minuscules crustacés (auxquels l’échassier doit sa couleur rose) présents dans l’eau et qui constituent la base de leur alimentation, ils sont également nombreux à mourir de faim.

Un « musher » sauvé par ses chiens qui le couvrent et alertent les secours

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 10--2012

Mots-clefs :, , , ,

0

LYON — Un « musher », conducteur de chiens espagnol de 53 ans, a été sauvé par ses bêtes qui l’ont protégé du froid et sont allées quérir des secours, lundi soir dans le Vercors alors qu’il avait fait un malaise lors d’une sortie, a-t-on appris mardi auprès des gendarmes.

Alors qu’il était parti vers 17H00 pour une boucle de 10 kilomètres, autour de Vassieux-en-Vercors (Drôme), seuls ses huskys sont revenus à leur point de départ en début de soirée. Un musher polonais voisin de leur camion a alors refait le parcours et a découvert en forêt l’homme inconscient dans la neige, son chien de compagnie, un cocker, couché sur lui.

Il l’a alors ramené dans son camping-car. Pompiers et Samu, prévenus par d’autres voisins, ont pris le relais et ont conduit le musher miraculé jusqu’à un hôpital à Grenoble.