Article en vedette

Une ambulance des pompiers caillassée à Tarbes !

Un VSAB des pompiers, qui amenait un malade à l’hôpital, a reçu un projectile en plein pare-brise, vendredi, à Tarbes, aux alentours de 20 heures, dans le quartier de Laubadère. Ce geste insensé suscite indignation et inquiétude. Encore un acte de violence gratuit. Vendredi, aux alentours...

Lire plus

scurit incendie

Formation SST pour le personnel de la mairie

Publié par C.alertis | Classé dans Formation secouriste SST | Publié le 28--2012

Mots-clefs :

0

Autant l’on peut se remettre – avec le temps – d’une peine de cœur, autant une panne de cœur, au niveau physique, peut être lourde de conséquence, sachant que dans cette situation d’urgence, le temps presse.
Constatant que la France compte en ses lieux publics, tels les gymnases, les salles des fêtes, les mairies, les centres commerciaux, etc., le personnel de la mairie a suivi une formation aux techniques de réanimation cardio-pulmonaire.

Des gestes d’urgence s’imposent : après avoir prévenu les secours, le SAMU ou le SMUR ou les pompiers, ils ont eu recours au défibrillateur automatique externe (DAE), appareil de haute technologie qui analyse l’activité du cœur de la personne en possible arrêt cardio-respiratoire et délivre, seulement en cas de besoin, un choc électrique, dit défibrillation.
Celle-ci, associée à la réanimation cardio-pulmonaire (massage du thorax sur un rythme rapide, avec cent mouvements à la minute), augmente les chances de survie de la victime.
Après l’exposé théorique, les stagiaires sont ensuite passés aux travaux pratiques en s’exerçant au maniement de l’appareil, en ayant à cœur de respecter strictement une procédure très codifiée.

Pour apprendre les gestes qui sauvent, consulter notre dossier sur la formation SST en cliquant ici: formation SST

Rives (Isère), incendie dans les locaux techniques de l’hôpital

Publié par C.alertis | Classé dans Incendies | Publié le 28--2012

Mots-clefs :

0

Le feu qui s’est déclaré dans les locaux techniques, sur une surface de 80 m², a dégagé une épaisse fumée qui s’est propagée sur deux étages. Par mesure de sécurité soixante-sept personnes, selon les secours ont été mises en sécurité dans les différents services du centre hospitalier.
Pendant l’intervention un poste médical avancé a également été établi, et un seul patient  a été légérement incommodé.
Cinquante pompiers ont été mobilisés sur cette opération de secours qui a pris fin ce lundi 22 octobre à 7h30.
A l’heure actuelle l’origine du sinistre n’a toujours pas été déterminée.

Les centres hospitaliers, les établissements de soins, les maisons de retraite, doivent organiser la sécurité incendie et faire une formation incendie pour l’ensemble du personnel. Vous puvez demander cette prestation à Alertis en cliquant ici: formation incendie centre hospitaler ou maison de retraite

22 lycéens blessés dans deux accidents de bus scolaires

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 28--2012

Mots-clefs :

0

Une adolescente de 15 ans gravement atteinte à une main et 17 autres élèves de l’institut Saint-Christophe de Masseube blessés hier dans le bus accidenté qui les transportait à Toulouse. D’autre part, 4 jeunes ont été blessés dans un autre accident survenu à Astaffort en limite de cette commune du Lot-et-Garonne avec la commune gersoise de Sainte-Mère.

18 adolescents ont été blessés dans un accident de bus scolaire survenu hier en début d’après-midi à Villefranche près de Simorre. Le véhicule de l’entreprise de transport Negoti de Plaisance-du-Touch ( Haute-Garonne) transportait 42 internes de l’Institut Saint-Christophe, le lycée privé de Masseube, vers l’aéroport de Toulouse-Blagnac et la gare Matabiau afin qu’ils rentrent chez eux pour les vacances de la Toussaint. A la sortie du village de Simorre, sur la départementale 129 en direction de Tournan mais en commune de Villefranche d’Astarac, l’autocar à l’attaque d’une côte succédant à une descente assez raide, a mordu pour une raison indéterminée le bas-côté gorgé d’eau et s’est abîmé dans le fossé. Sous le choc, le pare-brise et toutes les vitres du côté droit du véhicule ont volé en éclats.

Un très important dispositif de secours a immédiatement été mis en place alors que convergaient vers le lieu de l’accident, le commandant du SDIS, le colonel de gendarmerie ainsi que Jean-Paul Lacouture répresentant le préfet. Plus de 40 ambulances de pompiers ont été mobilisées tandis qu’un poste médical avancé (PMA) était installé dans la salle des fêtes de Simorre toute proche. Parmi les blessés, une adolescente de 15 ans a été gravement atteinte à une main. Bien que ses jours ne soient pas en danger, son transport par hélicoptère a été envisagé, mais les conditions météo n’étant pas satisfaisantes, c’est par la route, avec une escorte de motocyclistes de la gendarmerie qu’elle a été transportée à l’hôpital Purpan à Toulouse.

Uchon : un ULM atterrit dans un arbre

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 28--2012

Mots-clefs :

0

Le pilote, qui est indemne, a alerté les pompiers un peu avant 14h, à l’aide de son téléphone portable. Les hommes du GRIMP (Groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux) se sont aussitôt mis à sa recherche. L’hélicoptère de la gendarmerie a aussi été appelé à la rescousse. L’homme a été repéré aux alentours de 16h30. Les secours ont ensuite déterminé le meilleur moyen de délivrer le pilote de la position inconfortable dans laquelle il se trouvait.

« L’équipe du Grimp départemental a localisé l’engin qui se situe à une hauteur de 10 mètres sur la cime des arbres et donc il y a impossibilité d’aller chercher la personne qui est consciente dans son cockpit. Nous allons avec un hélicoptère de l’armée essayer de l’hélitreuiller. Ca va être une opération de longue durée », a précisé Pascal Pousset, du SDIS (Service départemental d’incendie et de secours) de Saône-et-Loire. Le pilote a finalement pu regagner la terre ferme vers 19h ont indiqué les pompiers.

Rennes. Ivres, les étudiants avaient volé un camion de pompiers

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 28--2012

Mots-clefs :

0

Âgés de 20 ans, ils ont été condamnés, hier, par le tribunal correctionnel de Rennes à des travaux d’intérêt général… dans une caserne de pompiers.

À la barre du tribunal correctionnel de Rennes, hier après-midi, Charlotte et Valentin (1) sont penauds. Pas vraiment des habitués des salles d’audience. Amis, ils sont tous les deux âgés de 20 ans. Valentin attend d’entamer une formation. Charlotte, elle, est étudiante en communication. Elle n’a pas dit à ses parents qu’elle était jugée pour avoir volé un camion de pompiers un soir d’ivresse.

Les faits remontent à la nuit du samedi 29 au dimanche 30 septembre. Charlotte et Valentin passent la soirée avec des amis, place de la Mairie, à Rennes. Une soirée bien alcoolisée. Lui boit environ un demi-litre de vodka. Elle, deux litres de bière. Vers 3 h, les deux amis prennent la direction de la caserne de pompiers de Saint-Georges.

Sirène hurlante sur la rocade

Après avoir visité les locaux de la caserne, volé des lunettes de plongée et le bip d’un pompier dans un casier, ils s’installent dans le fourgon des plongeurs. La clef est sur le contact. Valentin démarre. À la sortie du parking, la barrière s’ouvre automatiquement. « Pour que les pompiers agissent le plus rapidement possible en cas d’intervention », a précisé, hier, l’avocate du Service départemental d’incendie et de secours (Sdis).

Les deux amis entament un rodéo d’environ une heure. Valentin conduit en ville et sur la rocade de Rennes. Charlotte s’amuse avec le gyrophare et la sirène. La camionnette fait des embardées. Le conducteur roule avec un taux de 1,9 g d’alcool par litre de sang. Il heurte un trottoir. Explose un pneu. Le camion roule un moment sur la jante. Boulevard de Verdun, les policiers, doublés par le camion, mettent fin au périple des deux jeunes.

« Les pompiers paralysés »

Jugés pour vol en réunion, conduite en état alcoolique et mise en danger de la vie d’autrui, les deux prévenus ont « honte » à la barre du tribunal. En garde à vue, Valentin a expliqué que, pour lui, conduire un camion de pompiers est « un rêve de gosse ».

Le procureur est en colère : « Les pompiers ont été paralysés, bloqués dans leur mission de service public. ». « Il y a eu un certain émoi dans la caserne », ajoute la partie civile.

« Ils ont eu énormément de chance qu’il n’y ait pas de blessé, reconnaît Me Bénédicte Gosselin pour la défense. Un rêve de gosse à ce prix-là ? Non ! » L’avocate évoque un « incident de parcours intolérable » et suggère même un travail d’intérêt général (Tig).

Hérault : trois corps calcinés retrouvés dans une voiture en feu

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 28--2012

Mots-clefs :

0

Trois corps carbonisés ont été retrouvés dimanche matin vers 4 h 15 dans une voiture en feu entre Montpellier et Lunel (Hérault), a-t-on appris auprès des pompiers et du parquet qui s’oriente vers la thèse d’une sortie de route accidentelle. C’est un automobiliste de passage qui a donné l’alerte en découvrant le véhicule dans un fossé, à proximité d’un platane, au bord de la N113, au lieu-dit Le Relais, sur la commune de Valergues, selon la même source. Les gendarmes et les techniciens en identification criminelle (TIC) se sont rendus sur les lieux.

Peu avant 8 heures, les pompiers étaient toujours sur place pour sortir les cadavres calcinés de la voiture, avec un fourgon de désincarcération. La scène a été gelée par les gendarmes. Le conducteur roulait en direction de Lunel quand il « a perdu vraisemblablement le contrôle du véhicule et est allé percuter un arbre à une hauteur de 80 cm », a déclaré à l’AFP Patrick Desjardins, procureur adjoint de Montpellier, évoquant « un choc extrêmement violent ».

La voiture, qui appartient à une famille de Lunel, est ensuite « retombée dans le fossé situé en contrebas et s’est embrasée », a-t-il ajouté, soulignant que « les premiers éléments orientent vers la thèse de l’accident ». Des analyses d’alcoolémie et toxicologiques devront toutefois être effectuées pour confirmer cette piste. Les corps des victimes – « a priori des jeunes gens », selon le procureur adjoint – étaient en cours d’identification dimanche matin.