Article en vedette

Paris : le pompier sort du coma

Le pompier très gravement touché lors de l’explosion provoquée samedi 26 mars par un incendie dans le XXe arrondissement de Paris est sorti du coma et « son état évolue favorablement », a annoncé lundi la brigade de sapeurs-pompiers de Paris. Par ailleurs, les quatre...

Lire plus

scurit incendie

formation SST

Publié par C.alertis | Classé dans Formation secouriste SST | Publié le 25--2012

Mots-clefs :

1

Alertis proposait hier une formation SST à destination des professionnels. Les entreprises en travaux dangereux ont l’obligation légale de former une personne référente en secourisme pour 20 salariés. Les SST (Sauveteurs secouristes du travail) doivent réactualiser régulièrement leurs connaissances et les valider à nouveau.

Cyrille GAGNAIRE formateur SST pour la société Alertis, en note la nécessite: « Les recyclages doivent avoir lieu de façon régulière afin de maintenir les compétences des secouristes ». Faibienne, stagiaire de la formation SST apporte sa contribution: «Ma dernière formation date d’il y a 2 ans, c’est loin. Faire une piqûre de rappel permet de maintenir les compétences». Le formateur présente des cas pratiques de situations dangereuses ou d’accidents et donne les bons réflexes à suivre : «Sécuriser le lieu, donner l’alerte et porter secours si possible». Des salariés issus des Centres Hospitaliers et des Carrières ont pu renouveler leurs connaissances dans les locaux du Centre de formation Alertis grâce à des conseils de bon sens qui évitent la panique lors des premiers soins : «Il ne faut jamais donner à boire à un blessé, cela peut compromettre son anesthésie. Et toujours l’allonger pour éviter que le sang s’écoule».

Les formations professionnelles engagent certaines particularités, «nous insistons aussi beaucoup sur la prévention» souligne le responsable et «le retour est en général très positif» indique-t-elle. Chaque année l’organisme de formation Alertis forme des milliers de personnes à l’incendie, aux gestes et postures, aux habilitations électriques, et aux premiers soins sur toute la France, ce qui comprend aussi des formations pour les particuliers. Une initiative essentielle lorsque l’on sait que réaliser ces gestes améliore de 10 % les chances de survie des blessés.

Pour plus de renseignements concernant les formations SST, consultez notre page internet en cliquant ici: formation SST

Paris : treize personnes évacuées et un pompier blessé dans un incendie

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 25--2012

Mots-clefs :,

0

Un violent incendie s’est déclaré, ce samedi 17 novembre, vers 10 h 30 dans un immeuble de quatre étages, situé au numéro 14 de la rue de Domrémy dans le XIIIe arrondissement à Paris. Treize personnes, dont cinq enfants ont été rapidement évacués des lieux par les sapeurs-pompiers de Paris. Les soldats du feu sont parvenus à circonscrire le sinistre, dont l’origine n’a, pour l’heure, pas été déterminée.

Au cours de cette intervention, un pompier a été blessé après avoir reçu une décharge électrique. Quatre occupants des lieux, dont une maman et son nourrisson, ont été intoxiqués par les dégagements de fumées. Une équipe du Samu s’est rendue sur place.

L’hommage poignant au pompier mort noyé

Publié par C.alertis | Classé dans Décès pompier | Publié le 25--2012

Mots-clefs :, , , , ,

0

La grande famille des pompiers a salué le courage et le dévouement de Lionel Lucyk, tué en intervention la semaine dernière. Le ministre Manuel Valls a présidé l’émouvante cérémonie, hier, à Saint-Nazaire.
L’immense remise du centre de secours de Saint-Nazaire est presque trop petite pour accueillir tous les pompiers venus se joindre à l’hommage de la République et partager la tristesse et la douleur d’avoir perdu un des leurs. Dans un coin du hangar, hier, ses copains ont épinglé une photo de Lionel Lucyk, souriant, naturel, tel qu’il était chaque jour.Ils sont là, en rangs serrés, le coeur rempli d’émotion lorsqu’arrive le cercueil au son de la musique poignante jouée par l’orchestre de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris.

« Un homme d’engagement »

Il y a aussi la famille du pompier, sa compagne et sa petite fille, ses anciens collègues du Service départemental d’incendie et de secours des Yvelines où il avait commencé sa carrière, ceux, actuels, de Loire-Atlantique, avec son président Philippe Grosvalet et son directeur, le colonel Berthelot. Il y a le préfet, le sous-préfet et le maire de Saint-Nazaire, Joël Batteux.

Comme le veut la tradition, le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, est présent. C’est lui qui se charge de l’éloge funèbre de Lionel Lucyk. « Un homme d’engagement », dit-il, qui, dès l’âge de 18 ans, avait incorporé le 2e régiment d’infanterie de Marine, avec lequel il avait servi au Tchad et en Yougoslavie.

Il s’était ensuite engagé comme pompier volontaire, avant de devenir professionnel en 2003. Sportif, passionné par la mer, il avait rejoint l’unité des pompiers-plongeurs de Saint-Nazaire en 2009. Le ministre a rappelé combien « les missions des pompiers, qu’elles soient à terre ou maritimes, peuvent être périlleuses ».

Celle qui a coûté la vie à Lionel Lucyk s’est déroulée mardi dernier, au large de La Baule. Il s’agissait pour son équipe de libérer un bateau de pêche de son filet pris dans son hélice. Par un enchaînement de circonstances, le pompier a disparu de la vue de ses camarades. Il a été retrouvé quelques minutes plus tard, pris au piège dans le filet dont les mailles s’étaient resserrées. « L’altruisme, le courage et les compétences » de cet homme de 38 ans « méritaient l’hommage d’une France blessée en plein coeur »,a poursuivi Manuel Valls.

Le caporal-chef Lionel Lucyk a été élevé au grade de sergent. Le ministre l’a décoré à titre posthume de la médaille d’or pour acte de courage et de dévouement, et l’a fait chevalier de la Légion d’honneur.

Formation incendie

Publié par C.alertis | Classé dans Formation sécurité incendie | Publié le 25--2012

Mots-clefs :,

0

Apprendre les gestes qui sauvent, gagner un temps précieux, prendre le temps de donner l’alerte, avertir les secours, évacuer les lieux, savoir utiliser un extincteur ou progresser dans un couloir enfumé : tel était le programme de salariés d’une entreprise lundi. Originalité de la procédure : la formation dispensée par un sapeur-pompier d’un centre de formation incendie Alertis. Cyrille GAGNAIRE, formateur d’Alertis, a dispensé cette formation directement dans l’établissement. La formation alterne théorie et pratique ou des exercices sur feu réel sont réalisés sur le parking de l’établissement. Aprendre à utliser l’extincteur, éteindre un feu de friteuse, une bouteille de gaz en feu, utiliser une couverture anti-feu sont les thèmes abordés lors de cette formation incendie.

Formation accélérée

En 3H00 environ, chacun aura donné l’alerte, éteint un départ de feu à l’aide d’un extincteur à eau pulvérisée et procédé à l’évacuation de l’établissement. Tous les stagiaires connaitront l’emplacement de la coupure électrique, les issues de secours, la coupure du gaz,  les extincteurs etc.

Cette formation obligatoire est imposée par le code du travail (Art. L.231-3-1). Durant son intervention, le formateur a privilégié l’évacuation et la hiérarchisation des actions : « Dans une situation réelle, il faut avoir quelques secondes de recul et de sang-froid avant d’agir : le premier bon réflexe avant toute autre chose est de donner l’alerte. On ne vous reprochera jamais de ne pas être parvenus à éteindre un feu, mais on vous reprochera toujours de ne pas avoir donné l’alerte »

Pour plus de renseignements, consultez le site internet de la société Alertis sur la page: formation incendie

Etats-Unis: Un enfant abandonné dans une caserne retrouve le pompier qui l’avait recueilli

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 25--2012

Mots-clefs :

0

L’enfant avait été abandonné dans une caserne de pompiers, quelques heures après sa naissance…

Le voeu le plus cher de Koregan Quintanilla n’était pas comme ses camarades d’école primaire d’aller au parc d’attraction ou au restaurant, mais dans «sa» caserne de pompiers. Le jeune garçon a été abandonné en 2002 dans une caserne d’Arlington alors qu’il était âgé de quelques heures à peine, dans le cadre d’une loi texane qui permet à un parent de confier un bébé de moins de 60 jours à une caserne de pompier ou un hôpital sans qu’on pose de questions. Le nourrisson est ensuite confié aux services de protection de l’enfance.

Jeudi soir, le souhait de Koregan a été exaucé pour son dixième anniversaire: il a rencontré Wesley Keck, le pompier qui l’avait recueilli, il a conduit un camion et visité la caserne, avant d’étreindre ce soldat du feu «très gentil». Wesley Keck s’est réjoui de retrouver le petit garçon qu’il n’avait pas revu depuis ce matin de novembre où il l’avait découvert dans un siège pour bébé à l’extérieur de la caserne. En retirant la couverture, il a trouvé un bébé endormi qu’il a ramené à l’intérieur pour apprendre la nouvelle à ses collègues.

«Je leur ai annoncé que quelqu’un nous avait laissé un cadeau. J’ai vérifié qu’il allait bien et je ne me souviens pas qu’il ait pleuré», a-t-il raconté. «Je l’ai pris dans mes bras et il a beaucoup dormi». «J’ai quatre enfants et certains des pompiers de la caserne sont pères, alors nous occuper d’un bébé ne nous est pas étranger.»

La mère adoptive de Koregan, Rebecca Quintanilla, a expliqué que son fils avait toujours su qu’il avait été adopté et avait vu les images du reportage sur son histoire. Cette année, Koregan a voulu en savoir plus et rencontrer le pompier, que sa mère a retrouvé. «C’est un enfant très gentil, timide, qui donne toujours des choses aux gens», a souligné Rebecca Quintanilla. «Après avoir parlé avec Wesley Keck, je pense que c’est sa nature.»

Les agressions contre les gendarmes, les pompiers et les médecins ont augmenté

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 25--2012

Mots-clefs :, , ,

0

Les agressions contre les policiers ont en revanche légèrement baissé, note l’enquête annuelle de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales. Retour sur les chiffres marquants de l’étude.

Un rapport alarmant. Les agressions contre les gendarmes, les pompiers et les médecins ont augmenté, selon l’enquête annuelle de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP). Seul point positif: les violences contre les policiers ont légèrement baissé en 2011. Retour sur les chiffres marquants de l’étude.

- Les « atteintes » contre les policiers (physiques et verbales), toujours importantes en volume, sont en baisse de 1,7% en 2011 (40 141 faits) par rapport à 2010 (40 855).

- Les agressions physiques contre les gendarmes sont, elles, en hausse de 9% sur la même période: 2254 en 2011, 2.062 en 2010.

- Le nombre des condamnations en correctionnelle pour des « délits contre des magistrats ou des jurés » est en augmentation: 289 contre 219 en 2010.

- De même, celui des sapeurs pompiers victimes d’une agression en intervention: 1210 contre 1155 en 2010.

- 1046 agressions contre les agents des douanes dont un mort (un motard), soit une légère baisse. Mais, relève l’ONDRP, entre 2007 et 2011, le taux d’augmentation des agressions physiques visant cette profession a été de 96 %.

- Entre 2007 et 2011, les réseaux de bus et de tramway ont connu un taux « d’atteintes » contre les personnels plus important que dans le métro/RER/train. La tendance récente « repart à la hausse », observe l’ONDP.

- S’agissant des médecins, 822 déclarations d’incidents ont été relevées en 2011 contre 920 en 2010. Ce dernier chiffre avait suscité il y a un an la colère d’un syndicat qui avait brandi la menace d’un droit de retrait.