Article en vedette

Constantine : 9 morts dont 2 sapeurs-pompiers décèdent dans un puits

Neuf personnes, six membres d’une même famille, un voisin et deux éléments de la Protection civile, sont mortes, et cinq pompiers grièvement blessés, vendredi en début d’après-midi, dans un puits situé au lieu-dit Quatre-Chemins, à l’entrée de la nouvelle ville Ali Mendjeli (Constantine),...

Lire plus

scurit incendie

Christian Nayet, le Berckois qui avait sauvé son ambulancier, est décédé

Publié par C.alertis | Classé dans Décès pompier | Publié le 08-08-2013

Étiquettes :

0

Lui-même atteint d’un cancer de l’estomac, Christian Nayet devait passer ce jour-là un scanner à Lille. Les rôles entre patient et ambulancier s’étaient inversés quand, en route, le premier avait pris le volant et conduit le second aux urgences.

Christian Nayet, que le battage autour de cette aventure étonnait au premier chef, s’est éteint ce mardi 6 août à Berck, entouré de ses proches. Il avait 61 ans.

L’homme se savait condamné. Il continuait pourtant à sourire à la vie. « Il écrivait un livre de nouvelles, confie Simon, l’un de ses trois enfants. Il avait commencé par une description de sa maladie mais avait tout jeté au bout de dix pages. Il voulait quelque chose qui lui ressemblait. Alors il s’est lancé dans des anecdotes d’une ou deux pages, très humoristiques. » C’était un livre « sur les bons moments de la vie, résume Roland Humeau, l’un de ses amis. Il connaissait l’issue de la maladie. Malgré tout, il avait toujours le mot pour rire et un moral à toute épreuve. »

Grand amateur de littérature, « fidèle en amitié, intelligent et très cultivé », Christian Nayet était surtout un incorrigible touche-à-tout. Il avait roulé sa bosse dans l’immobilier, la comptabilité, sur les marchés et même à la RATP… avant de se prendre de passion, il y a une dizaine d’années, pour la peinture à l’huile après une rencontre avec un artiste peintre britannique. « Ça s’était intensifié ces deux dernières années, poursuit Simon. Il avait atteint un niveau qui nous a tous scotchés. Des gens lui ont dit qu’il devait absolument exposer. » Le vernissage de l’expo, baptisée « Promenade en couleurs » a eu lieu samedi dernier à la Georges house gallery à Folkestone en Angleterre, où Christian Nayet vivait depuis environ dix ans. « C’est ce qui l’avait fait tenir jusqu’à maintenant je crois, poursuit son fils. Il puisait sa force et son inspiration dans le combat qu’il menait contre la maladie. » Trop affaibli, Christian Nayet n’avait pu assister au vernissage. Mais une cinquantaine de ses proches avaient fait le déplacement. « Passée l’émotion qu’il ne soit pas là, on a surtout apprécié que son travail soit mis en valeur », ajoute son fils. Ses tableaux seront visibles jusqu’au 13 août.

« Proche de tout le monde »

Au-delà de ce qui l’a rendu célèbre auprès de grand public, Christian Nayet était un homme de cœur. Si bien que son geste envers Jean-François Pina n’avait à l’époque étonné personne dans son entourage : « Quand on faisait sa connaissance, c’était difficile de s’éloigner de lui, témoigne Simon, l’un de ses trois enfants. Nous avons beaucoup bougé en France. Partout, il était toujours entouré. Il attirait les gens. Toutes les personnes que je rencontre ont quelque chose à me raconter sur lui. »

Si le monde le connaît pour ce qu’il appelait un simple « acte de civisme », Christian Nayet a marqué durablement ceux qu’il a croisés : « Il était proche de sa famille et en même temps, proche de tout le monde. C’en était parfois perturbant. Chacun avait de la place dans son cœur. Il avait de l’humour, était plein d’humanité. Il aimait la vie. Il aimait les gens. »

Source: la vois du nord CÉCILE LEGRAND-STEELAND

Ecrire un commentaire