Article en vedette

Parisot. Un blessé grave dans la toupie à béton

Un spectaculaire accident de la circulation s’est produit hier vers 17h30 sur la RD 33, juste avant Parisot. Pour une raison inconnue l’engin, une toupie à béton des établissements Chausson de Rignac, qui circulait en direction du département de l’Aveyron tout proche, a quitté...

Lire plus

scurit incendie

Les défibrillateurs sauvent des vies dans les salles de sport 9 fois sur 10!

Publié par admin | Classé dans Formation secouriste SST | Publié le 17--2018

Étiquettes : ,

0

Faut-il installer un défibrillateur dans les salles de sport?

Ils servent, servent et comment ils servent. Les défibrillateurs automatiques dans les gymnases, les piscines et les aires de jeux à bord peuvent sauver des vies dans plus de 90% des cas d’arrêt cardiaque chez les sportifs amateurs. Ceci est démontré par les données recueillies par le projet de recherche Progetto vitta.

Les sportifs amateurs en danger

Son utilisation est essentielle surtout dans les centres sportifs, car l’activité physique peut exercer un stress sur le cœur , facilitant la manifestation d’arythmies latentes: la probabilité d’avoir une arythmie fatale est même trois fois plus élevée chez les athlètes . Les journaux relatent souvent les événements tragiques des footballeurs et autres sportifs professionnels trahis du cœur pendant les courses, mais malheureusement ils ne sont que la pointe de l’iceberg: la plupart des arrêts cardiaques se produisent pendant les sports amateurs .

L’étude sur les défibrillateurs

Le projet VITA a donc tenté d’évaluer l’impact du défibrillateur automatique sur la survie des personnes touchées par un arrêt cardiaque soudain dans 252 centres sportifs de la province de Plaisance sur une période de 18 ans . Au cours de la période d’étude, 82% des centres avaient un défibrillateur, tandis que 18% n’en avaient pas.

Les résultats

Au total, 26 arrêts cardiaques ont eu lieu , dont 15 dans des centres équipés d’un défibrillateur automatique. La présence sur place de ce dispositif a permis de réduire le temps d’intervention de 7 à 3 minutes : 93% des patients ont survécu sans atteinte neurologique en raison du manque d’apport sanguin au cerveau , contre 9% de ceux assistés dans les centres sportifs sans défibrillateur.

Le défibrillateur sauve des vies

«Nos résultats démontrent clairement que la présence du défibrillateur sauve des vies », affirment tous les cardiologues. « Sur les 15 patients affectés par un arrêt cardiaque dans les centres sportifs avec des défibrillateurs, 14 ont survécu sans conséquences neurologiques (93%). Au contraire, dans les centres sans défibrillateur, seule une personne sur 11 a survécu sans atteinte neurologique (9%) ».

La formation de sauveteur secouriste du travail

« Nous avons également vérifié que les chances de survie augmentent en fonction de la rapidité du défibrillateur et du massage cardiaque », ajoute un formateur en secourisme. « De plus, la probabilité de survie est plus élevée lorsque le défibrillateur est utilisé par une personne dans le public , sans avoir à attendre l’intervention du personnel médical ». C’est pourquoi l’expert souligne que « le défibrillateur est un outil sûr même s’il est utilisé par un simple citoyen non formé « , mais de toute façon « il serait souhaitable de sensibiliser les gens au problème de la mort cardiaque subite en fournissant les connaissances de base utilisation du défibrillateur ».

 

Sauvé par un voisin secouriste

Publié par C.alertis | Classé dans Formation secouriste SST | Publié le 31--2013

Étiquettes :

0

Un jeune garçon de 8 ans, dont le bras était coincé a eu la vie sauve grâce au réflexe d’un voisin formé aux gestes de secourisme.

J’étais dans mon verger juste à côté du voisin qui coupait son bois. D’un coup, j’ai entendu le gamin pleurer et je l’ai vu coincé jusqu’à l’épaule sous le tapis roulant. » Celui qui prononce ces mots, ne sait pas encore qu’en quelques minutes, il va sauver la vie de ce jeune garçon de 8 ans. « En m’approchant, je voyais que du sang sortait de son bras par jets. » Se souvenant alors de sa formation de secouriste, ce retraité comprend qu’une artère est touchée et qu’il faut agir vite. « J’étais un peu moins affolé que le papa, c’est normal. Je lui ai demandé d’appeler les secours et moi j’ai fait un point de compression sur la plaie. » Après ce geste efficace, le secouriste, qui souhaite rester anonyme, a trouvé les mots pour réconforter l’enfant en attendant l’arrivée des pompiers. « Ça allait à peu près. Il avait surtout peur qu’on lui fasse une piqûre ! »

Blessures graves

Les pompiers de Givry sont arrivés rapidement sur les lieux de l’accident, au Varennes, un lieu-dit situé à proximité du parc Acrogivry. Ils ont pris en charge l’enfant et après avoir stabilisé son état, l’ont transporté au centre hospitalier de Chalon.

Dans la journée, le jeune garçon a été transféré à Dijon en raison de l’état assez grave de ses blessures, avec deux plaies profondes dans le bras et surtout une main sérieusement touchée.

Selon le grand-père de la petite victime, l’enfant aurait subi une première intervention chirurgicale de la main au niveau d’un nerf.

Un grand-père, ancien pompier à Givry, qui voulait surtout rendre hommage au secouriste. « Il a sauvé la vie de mon petit-fils. Sans lui il se vidait de son sang. Je ne pourrais jamais assez le remercier. »

Formé par le centre de formation SST alertis

Le secouriste lui, « il était couvert de sang » selon le grand-père de la petite victime, n’a pas vraiment l’impression d’avoir réalisé quelque chose d’extraordinaire. « J’ai passé une formation SST , lors d’un stage dans mon entreprise dispensé par alertis secourisme. Depuis, comme je suis dans plusieurs associations sportives, je fais des recyclages SST. Pour moi, c’est important surtout quand on évolue dans le sport avec des jeunes, on ne sait jamais ce qui peut arriver. On ne peut qu’inciter tout le monde à se former à ces gestes de premier secours. » La preuve a été faite ce jeudi matin que cette formation pouvait avoir son utilité.

Pour plus de renseignements concernant la formation, consultez notre page internet: formation SST

Apprendre les gestes qui sauvent

Publié par C.alertis | Classé dans Formation secouriste SST | Publié le 08--2013

Étiquettes : ,

0

Le centre de formation alertis organise chaque semaine une formation de prévention et secours civiques. Des connaissances utiles à titre professionnel, mais surtout pour la vie quotidienne.

Ils étaient une dizaine hier matin, à finir leur formation SST sauveteur secouriste du travail dans les locaux du centre de formation à la sécurité Alertis, situés à LYON. Ouvert à tous, ce stage de 2 jours est organisé chaque semaine par ALERTIS et permet aux personnes le suivant de mieux réagir dans des situations d’urgences.

Un homme gît au sol, il semble s’être électrocuté avec une perceuse. Une autre personne découvre la scène. Que faut-il faire ? faut-il déplacer le blessé ? Quels soins faut-il lui prodiguer ? Que faut-il dire une fois les secours au bout du fil ?

En reconstituant la scène, Cyrille GAGNAIRE formateur SST et Julien DEVAIVRE, son assistant, répondent à toutes ces questions. La dizaine de personnes en formation observe attentivement les gestes des deux formateurs en secourisme . Ce sera ensuite à eux de les reproduire. À tour de rôle, l’un d’eux quitte la pièce. Pendant son absence, les secouristes mettent en place le scénario d’un accident de la vie quotidienne comme un étouffement ou un malaise. De retour dans la pièce, le stagiaire, qui ne sait pas face à quelle situation il va se retrouver, doit alors mettre en pratique ce qu’il a appris durant sa formation.

« Cet exercice pratique, c’est la dernière phase de la formation, explique Cyrille GAGNAIRE. Avant cela, on propose une initiation à la prévention des incendie qui consiste à préparer les gens aux accidents et catastrophes. Puis on leur apprend à alerter les secours. Enfin, on détaille la marche à suivre face à tous les types d’accident : brûlure, hémorragie, malaise cardiaque ou autres ».

Une formation de secourisme qui sauve des vies

Ces petits stages, qui se tiennent chaque semaine, sont limités à dix personnes, « travailler en petits groupes permet de proposer une approche plus personnalisée et plus efficace », justifie Cyrille GAGNAIRE.
D’après le secouriste, les personnes suivant cette formation le font majoritairement dans un but professionnel : « Nous avons des lycéens dont la future profession nécessite ce diplôme, comme chauffeur de taxi ou professeur des écoles par exemple. Il y a aussi des employeurs qui nous envoient leurs salariés. Outre des professionnels, Alertis accueille aussi beaucoup de personnes cherchant avant tout à protéger leurs proches : « Nous formons beaucoup de parents et de grands-parents qui veulent apprendre à bien réagir si un accident arrive à l’un de leur proche. Une fois, nous avons eu une mère dont le fils était cardiaque et qui voulait s’assurer de connaître les bons gestes ». Hier, les participants, visiblement satisfaits, ont même émis le souhait d’en apprendre encore plus sur les techniques de secourisme.

Pour plus de renseignements concernant la formation SST, consultez notre page internet: http://www.alertis.fr/secoursime/sauveteur-secouriste-du-travail/

formation SST

Publié par C.alertis | Classé dans Formation secouriste SST | Publié le 25--2012

Étiquettes :

1

Alertis proposait hier une formation SST à destination des professionnels. Les entreprises en travaux dangereux ont l’obligation légale de former une personne référente en secourisme pour 20 salariés. Les SST (Sauveteurs secouristes du travail) doivent réactualiser régulièrement leurs connaissances et les valider à nouveau.

Cyrille GAGNAIRE formateur SST pour la société Alertis, en note la nécessite: « Les recyclages doivent avoir lieu de façon régulière afin de maintenir les compétences des secouristes ». Faibienne, stagiaire de la formation SST apporte sa contribution: «Ma dernière formation date d’il y a 2 ans, c’est loin. Faire une piqûre de rappel permet de maintenir les compétences». Le formateur présente des cas pratiques de situations dangereuses ou d’accidents et donne les bons réflexes à suivre : «Sécuriser le lieu, donner l’alerte et porter secours si possible». Des salariés issus des Centres Hospitaliers et des Carrières ont pu renouveler leurs connaissances dans les locaux du Centre de formation Alertis grâce à des conseils de bon sens qui évitent la panique lors des premiers soins : «Il ne faut jamais donner à boire à un blessé, cela peut compromettre son anesthésie. Et toujours l’allonger pour éviter que le sang s’écoule».

Les formations professionnelles engagent certaines particularités, «nous insistons aussi beaucoup sur la prévention» souligne le responsable et «le retour est en général très positif» indique-t-elle. Chaque année l’organisme de formation Alertis forme des milliers de personnes à l’incendie, aux gestes et postures, aux habilitations électriques, et aux premiers soins sur toute la France, ce qui comprend aussi des formations pour les particuliers. Une initiative essentielle lorsque l’on sait que réaliser ces gestes améliore de 10 % les chances de survie des blessés.

Pour plus de renseignements concernant les formations SST, consultez notre page internet en cliquant ici: formation SST

Formation SST pour le personnel de la mairie

Publié par C.alertis | Classé dans Formation secouriste SST | Publié le 28--2012

Étiquettes :

0

Autant l’on peut se remettre – avec le temps – d’une peine de cœur, autant une panne de cœur, au niveau physique, peut être lourde de conséquence, sachant que dans cette situation d’urgence, le temps presse.
Constatant que la France compte en ses lieux publics, tels les gymnases, les salles des fêtes, les mairies, les centres commerciaux, etc., le personnel de la mairie a suivi une formation aux techniques de réanimation cardio-pulmonaire.

Des gestes d’urgence s’imposent : après avoir prévenu les secours, le SAMU ou le SMUR ou les pompiers, ils ont eu recours au défibrillateur automatique externe (DAE), appareil de haute technologie qui analyse l’activité du cœur de la personne en possible arrêt cardio-respiratoire et délivre, seulement en cas de besoin, un choc électrique, dit défibrillation.
Celle-ci, associée à la réanimation cardio-pulmonaire (massage du thorax sur un rythme rapide, avec cent mouvements à la minute), augmente les chances de survie de la victime.
Après l’exposé théorique, les stagiaires sont ensuite passés aux travaux pratiques en s’exerçant au maniement de l’appareil, en ayant à cœur de respecter strictement une procédure très codifiée.

Pour apprendre les gestes qui sauvent, consulter notre dossier sur la formation SST en cliquant ici: formation SST

Formation SST sauveteur secouriste du travail à Lyon

Publié par C.alertis | Classé dans Formation secouriste SST | Publié le 11--2012

Étiquettes :

0

De nombreuses communes se sont équipées d’un défibrillateur. Cet outil d’urgence pouvant sauver des vies en cas de problème cardiaque et sont généralement s installés en libre service. Afin de connaître les bases d’utilisation de ce matériel, le centre de formation Alertis organise des séances de formation SST sauveteur secouriste du travail dans le Rhône à Lyon et dans toute la France. C’est donc une trentaine de personnes qui ont, vendredi 28 septembre, dans la salle polyvalente de la commune, pu se familiariser avec ce défibrillateur. A l’aide d’un mannequin, les formateurs Alertis ont expliqués le fonctionnement de cet outil, devenu en quelques années indispensable dans le paysage d’une commune. Un défibrillateur automatique est un appareil portable fonctionnant au moyen d’une batterie, dont le rôle est d’analyser l’activité du cœur d’une personne en arrêt cardio-respiratoire. En décrochant cet appareil, il ne faut pas oublier de composer le «18» pour qu’une équipe de professionnels puisse prendre le relais. Pour toute demande de renseignement concernant une formation de secourisme, vous pouvez consulter notre site internet à la rubrique formation SST