Article en vedette

Incendie d’IMAGIX MONS: le suspect est mineur et connu des servi

Un suspect a finalement été arrêté, deux jours après l’incendie d’une discothèque du complexe Imagix, à Mons. Un incendie qui a coûté la vie à un pompier montois. Ce mineur d’âge a été interpellé, il ne s’est pas rendu de son plein gré. Le jeune suspect interpellé cette nuit...

Lire plus

scurit incendie

Conseils en ergonomie: la formation geste et posture

Publié par C.alertis | Classé dans Prévention incendie | Publié le 31--2013

Mots-clefs :

0

Comme le dirait si bien votre mère : tenez-vous droit!

Et avec la rentrée scolaire qui s’annonce, veillez également à être ASSIS bien droit.

En septembre, vous retournerez à votre poste de travail pour étudier ou faire des travaux et la santé de votre dos devrait faire partie de vos priorités. Adopter la position parfaite optimisera vos chances de succès.

Avant d’aménager votre espace pour étudier, lisez ces quelques conseils en matière d’ergonomie.

Une étude menée par la Kellogg School of Management de la Northwestern University a révélé que la posture est un élément clé pour déterminer la capacité d’une personne à assumer un rôle de chef. Une posture digne suggère une confiance en soi et une autorité significatives

Vous obtiendrez plus de succès en vous tenant le dos droit, que vous soyez assis ou debout. Pour conquérir les études pendant l’année scolaire, assurez-vous d’avoir un poste de travail ergonomique, incluant un soutien adéquat pour votre dos.

monitor.pngMoniteur

Lorsque vous installez votre moniteur, veillez à ce qu’il soit au niveau des yeux. Placez-le devant vous; évitez d’avoir à tourner le cou pour le regarder. Si vous avez besoin de le surélever.

 

 

 

chaise.pngFauteuil

 

Lorsque vous magasinerez votre fauteuil de bureau, cherchez un dossier ferme pour bénéficier d’un bon soutien lombaire. Je vous recommande un modèle ergonomique.

 

 

 

 

Voici quelques conseils en matière d’ergonomie

  • Règle générale, les coudes devraient avoir un angle de 90 degrés. Évitez de reposer les bras sur des accoudoirs trop élevés.
  • Réglez votre fauteuil dans une position neutre, qui permet à vos genoux et à vos hanches de plier à un angle de 90 degrés.
  • Évitez de prendre appui sur un seul accoudoir.
  • Évitez de croiser les jambes.
  • Ne tournez jamais tout votre corps vers le moniteur.
  • Essayez de garder les épaules détendues.

 

Si vous devez rester assis pendant une longue période, il serait sage de prendre une pause pour vous étirer.

Les pompiers volontaires pourront réclamer un salaire pour leurs gardes

Publié par C.alertis | Classé dans Prévention incendie | Publié le 13--2013

Mots-clefs :

1

La cour du travail de Bruxelles a rendu le 6 août dernier un arrêt permettant aux pompiers volontaires de réclamer d’être payés pour leurs gardes au même titre que les pompiers professionnels.

Les volontaires pourraient même réclamer cette rémunération avec effet rétroactif pour les 5 années qui ont précédé l’action en justice, soit depuis 2003, rapporte lundi la RTBF. La mesure devrait donc entraîner de lourdes charges financières pour les villes et communes.

L’affaire judiciaire qui a abouti à cet arrêt avait été initiée par un homme du feu nivellois, qui a demandé à être payé pour les heures de garde prestées. Me Bruno-Henri Vincent, l’avocat de ce pompier volontaire, affirme que la cour du travail met ainsi les deux types de pompiers sur un pied d’égalité, les considérant tous deux comme des travailleurs du secteur public.

«Lorsque le pompier, qu’il soit volontaire ou professionnel, est en attente d’un départ feu, à domicile ou en caserne, il devra être payé pour l’ensemble de son temps d’attente», explique à la RTBF l’avocat, citant la cour. «Car sa disponibilité au travail est telle, il doit pouvoir intervenir dans des délais très brefs, l’urgence, ne pas avoir bu, ne pas avoir de garde d’enfants pour pouvoir quitter son domicile n’importe quand. Cela ne peut être considéré comme du temps libre.»

La plupart des pompiers volontaires ne sont pas payés lors de leurs gardes à domicile.

Source: lavenir.net

La formation CHSCT

Publié par C.alertis | Classé dans Prévention incendie | Publié le 11--2012

Mots-clefs :

0

Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, la formation CHSCT a pour mission de contribuer à la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs ainsi qu’à l’amélioration des conditions de travail. Composé notamment d’une délégation du personnel, la formation CHSCT dispose d’un certain nombre de moyens pour mener à bien sa mission (information, recours à un expert…) et les représentants du personnel, d’un crédit d’heures et d’une protection contre le licenciement. Ces moyens sont renforcés dans les entreprises à haut risque industriel. En l’absence de CHSCT, ce sont les délégués du personnel qui exercent les attributions normalement dévolues au comité.

Quel est le rôle du CHSCT ?

Le comité contribue à la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs de l’établissement et de ceux mis à sa disposition par une entreprise extérieure et à l’amélioration des conditions de travail, notamment par :

 

  • l’analyse des conditions de travail et des risques professionnels auxquels peuvent être exposés les travailleurs. Il procède également à l’analyse des risques professionnels auxquels peuvent être exposées les femmes enceintes et à l’analyse de l’exposition des salariés à des facteurs de pénibilité ;
  • la vérification, par des inspections et des enquêtes, du respect des prescriptions législatives et réglementaires et de la mise en œuvre des mesures de prévention préconisées ;
  • le développement de la prévention par des actions de sensibilisation et d’information. Il peut, par exemple, proposer des actions de prévention en matière de harcèlement sexuel ou moral ;
  • l’analyse des circonstances et des causes des accidents du travail ou des maladies professionnelles ou à caractère professionnel.

La formation CHSCT est notamment consulté avant toute décision d’aménagement important modifiant les conditions d’hygiène et de sécurité ou les conditions de santé et, en particulier :

 

  • avant toute transformation importante des postes de travail découlant de la modification de l’outillage, d’un changement de produit ou de l’organisation du travail ;
  • avant toute modification des cadences et des normes de productivité liées ou non à la rémunération du travail ;
  • sur le plan d’adaptation lors de la mise en œuvre de mutations technologiques importantes et rapides ;
  • sur les mesures prises en vue de faciliter la mise, la remise ou le maintien au travail des accidentés du travail…

Dans les entreprises comportant une ou des installations particulières à haut risque industriel – entreprises classées « Seveso seuil haut » et celles de stockage souterrain de gaz naturel, hydrocarbures ou produits chimiques – le CHSCT est notamment consulté sur :

 

  • la sous-traitance nouvelle d’une activité à une entreprise extérieure appelée à réaliser une intervention pouvant présenter des risques particuliers ;
  • la liste établie par l’employeur des postes de travail liés à la sécurité de l’installation…

La formation Jeunes Sapeurs Pompiers

Publié par C.alertis | Classé dans Prévention incendie | Publié le 13--2012

Mots-clefs :

0

Encore une rentrée! La deuxième en une semaine. Mais cette rentrée est un peu spéciale puisqu’il s’agit de la rentrée pour la formation des jeunes sapeurs-pompiers (JSP) qui s’étale sur quatre ans. Ils sont quatorze mais, au commencement, ils étaient 38 vers le mois de mai. «Nous avons lancé la sélection par le biais des écoles et collèges puisque cette opération se fait en partenariat avec l’Éducation nationale», explique le lieutenant Philippe Joubaud, chef du centre de Pontivy. Cela se fait lorsque les jeunes sont en cinquième et vont passer en quatrième.

Des entretiens d’embauche à 13 ans

La sélection s’est ensuite effectuée par le biais d’entretien d’embauche. «Ce n’est pas facile pour un enfant de 13 ans. Ils ont vraiment de la chance d’être là. On le leur dit souvent. Il faut qu’ils se donnent à fond pour ceux qui n’ont pas leur chance». Cette formation des JSP a commencé il y a six ans. «Une année sur deux, cela se passe à Locminé. Il s’agit donc de la troisième session à Pontivy cette année». Lors des deux premières sessions, ce sont environ une trentaine de jeunes qui ont découvert le métier de pompier. Le lieutenant et les cinq personnes qui s’occupent de la formation ont dû s’adapter à ce nouveau public. «Nous sommes habitués à un public d’adultes. Les adolescents sont complètement différents».

Apprendre le respect

La formation aura lieu les samedis matins et pendant les vacances scolaires. «Les cours sont composés d’une phase théorique et d’une phase pratique», explique Valérie Jarno, chef du centre de Noyal-Pontivy. La phase théorique de la première année consiste à apprendre à marcher au pas, saluer, respecter le drapeau… «Le but, c’est de leur inculquer le respect, l’entraide et le don de soi», clarifie le lieutenant Joubaud. La partie pratique n’est pas négligée et consiste à apprendre le maniement du matériel des pompiers. Enfin, le sport prend une place à part entière. Nage sur 100 mètres, montée d’une corde de 4 mètres ou bien course: les apprentis sapeurs-pompiers vont devoir se dépenser. «À la fin, ils auront un test physique», ajoute le lieutenant.

Devenir pompier volontaire

Mais où cela mène-t-il? Même si la formation dure quatre ans, l’objectif est tout autre. «Nous visons la troisième année. Il y a un examen, le brevet de jeune sapeur-pompier. C’est lié avec le partenariat de l’Éducation nationale». Pour la quatrième année, les jeunes feront le choix ou non de continuer pour devenir pompier volontaire. «La plupart font le choix de continuer», commente Philippe Joubaud. De quoi assurer la relève.

Détecteurs de fumée : les pompiers lancent une campagne pour frapper les esprits

Publié par C.alertis | Classé dans Prévention incendie | Publié le 25--2012

Mots-clefs :

3

Les pompiers de Loire-Atlantique lancent une campagne pour mieux faire connaître les détecteurs de fumée.

En février dernier, une famille de Carquefou a mesuré l’utilité du détecteur de fumée. Ils venaient de l’acheter, mais ne l’avaient pas encore installé. Ils dormaient paisiblement lorsque leur cheminée s’est embrasée. Ils ont eu la vie sauve grâce à la sonnerie stridente de ce petit boîtier, posé sur une table. Le détecteur autonome avertisseur de fumée (DAAF) peut sauver des vies. Il sera obligatoire dans tous les foyers en mars 2015. « Les incendies domestiques aux conséquences mortelles ont, à 70 %, lieu la nuit, explique le colonel Philippe Berthelot, commandant des sapeurs-pompiers de Loire-Atlantique. Les gens pensent qu’ils auront le temps de sortir. Mais ils sont très vite intoxiqués par les fumées pendant leur sommeil. »

Une solution : le détecteur de fumées qui réveille les dormeurs. Pour inciter les habitants à s’équiper, le service départemental d’incendie et de secours lance une campagne de communication. L’image d’un bébé menacé par les flammes avec un slogan « Le feu ne dort jamais » habillera cinq fourgons pompe du département. « Notre but est de toucher le maximum de personnes », précise Patrice Poyac, lieutenant sapeur-pompier.

Quel détecteur acheter ? Un DAAF, respectant la norme française NF. Les pompiers conseillent le NF DAAF-EN 14 604 (autour de 20 €). Plus d’infos en cliquant ici.

Incendie : évacuation des personnes handicapées des lieux de travail

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie, Prévention incendie | Publié le 09--2011

Mots-clefs :, ,

0

Ce décret du 7 novembre 2011 prévoit que les nouveaux bâtiments relevant du Code du travail devront disposer d’un lieu protégé (espaces d’attente sécurisés ou espaces équivalents) permettant, en cas d’incendie, l’évacuation en deux temps des personnes handicapées dont l’évacuation directe et rapide n’est pas possible. Ces personnes seront ainsi déplacées dans un premier temps vers le lieu protégé puis dans un second temps vers l’extérieur du bâtiment. Le décret adapte par ailleurs les informations et la formation délivrées aux travailleurs sur ce sujet.

Ce texte est applicable aux opérations de construction de bâtiments :

- pour celles soumises à permis de construire ou déclaration préalable, lorsque les demandes ou déclarations ont été déposées plus de six mois après la date de publication du présent décret ;
- pour les autres opérations, lorsque le début des travaux est postérieur de plus de six mois à la date de cette même publication.

Sont concernés les maîtres d’ouvrage aménageant des lieux de travail dans des bâtiments neufs ou dans les parties neuves de ces bâtiments, ainsi que les employeurs et salariés.

Pour vos formation évacuation demander à alertis http://www.alertis.fr/evacuation.php