Article en vedette

Les chiens des pompiers de Paris capables de repérer un corps sous l&

C’est une expérience impressionnante que vous révèle RTL : des chiens capables de repérer des corps – de victimes vivantes comme mortes – sous l’eau. Après trois ans d’exercices, les sapeurs-pompiers de Paris voient leurs efforts récompensés. Georges Brenier est...

Lire plus

scurit incendie

La maison explose : dix blessés dont un grave

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 03-09-2013

Étiquettes :

1

Il était 18h15, hier soir, lorsque la dernière victime a pu être extraite des décombres de la maison située au n°102b de la rue Jean-Burger, à Saint-Julien-lès-Metz. L’homme était enseveli sous une dalle de béton et des gravats depuis 14h30, heure à laquelle la maison a été dévastée par une explosion, vraisemblablement due au gaz.

« Nous avons entendu une grosse déflagration et le souffle nous a couchés au sol. » Ce voisin qui ramassait des mirabelles dans son jardin avec son épouse a porté les premiers secours aux habitants avec d’autres voisins et des automobilistes de passage. Arrivés sur place à 14h40, les pompiers ont pris le relais, dépêchant sur place de très nombreux moyens.

Début d’incendie

« C’est une grosse maison individuelle sur trois niveaux, rez-de-jardin, rez-de-chaussée et un étage, qui a été redécoupée pour abriter dix petits logements. Il ne s’agissait donc pas d’un habitat familial mais plutôt de personnes résidant seules ou en couple », a détaillé, en fin d’après-midi, le lieutenant-colonel Laurent Perrin, qui a dirigé les opérations de secours avant l’arrivée sur place du colonel Bernard Franoz, directeur des Services de secours et d’incendie (Sdis) de la Moselle.

« Les premiers pompiers qui sont arrivés sur place ont dû faire face à un début d’incendie, rapidement maîtrisé », a poursuivi le lieutenant-colonel Perrin. Au total, dix victimes, huit hommes et deux femmes, dont la plus âgée a 72 ans, ont été dénombrées par les sauveteurs. « Plusieurs personnes qui se trouvaient à l’intérieur du bâtiment ont pu se dégager par leurs propres moyens ou avec l’aide des voisins, s’échappant vers la rue ou par le jardin donnant sur l’arrière de la maison. Ensuite, nous avons dégagé deux autres personnes assez facilement. »

Une locomotive en feu après un passage à niveau à Lillers

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 03-09-2013

Étiquettes :

0

« J’étais au passage à niveau, je rentrais chez moi. Il était 21 h 30, explique Florian, Lillérois de 17 ans. Quand le train est passé j’ai vu de la fumée et des flammes, j’ai aussitôt appelé les pompiers. » Le conducteur du train s’était déjà rendu compte de l’incident et avait déjà engagé la procédure d’urgence. Il a réussi à immobiliser la locomotive et les cinq wagons qu’elle tractait quelques dizaines de mètres après le passage à niveau. Lui et le seul passager du train sont rapidement sortis avant de laisser la place aux pompiers. « Le conducteur et le passager ont été pris en charge par nos services, poursuit le commandant Magali Moynier, à la tête du dispositif de secours. Mais ils n’ont pas été soumis aux fumées. Concernant l’incendie, on a procédé à l’extinction avec des lances à mousse au niveau du moteur de la locomotive électrique. »

Mais malgré les efforts des pompiers de Lillers, Auchel et Aire-sur-la-Lys, l’extinction a été longue et difficile, le feu reprenant à plusieurs reprises. L’extinction a été d’autant plus difficile qu’il avait pris dans une partie compartimentée difficilement accessible et qu’il était alimenté par la présence de 500 litres d’huile. Dans le même temps, de nombreux agents de la SNCF s’activaient également pour mettre en sécurité les lieux. Hors service, la locomotive devait a priori être tractée par une locomotive diesel qui devait venir de Boulogne. Sauf si les dégâts étaient trop importants.

Circulation interrompue

Cet incendie a eu des répercussions sur un second train, celui reliant Hazebrouck à Béthune qui a été immobilisé à 300 mètres de la gare de Béthune. Du côté de la SNCF, si on ne savait pas combien de voyageurs avaient été concernés, on explique qu’ils ont été pris en charge pour regagner la gare par la piste. Le seul passager du train sinistré a, lui, poursuivi sa route en taxi.

La circulation automobile a également été impactée dans Lillers, le passage à niveau de la rue d’Aire étant resté fermé. Et qu’il devait le rester jusqu’à la fin de l’intervention des secours qui s’attendaient à passer une partie de la nuit sur place.

Un château gonflable se retourne à la fête d’Albias : quatre blessés dont deux enfants

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 03-09-2013

Étiquettes :

0

Un château gonflable de trois mètres de haut s’est décroché, hier en début d’après-midi, de ses amarres au cœur de la fête des vendanges qui se déroulait sur le domaine viticole de Montels, à Albias. Un fort coup de vent a causé l’accident. Deux enfants, une fillette de 5 ans et petit garçon de 7 ans sautaient à ce moment-là dans le château. Soudainement, une bourrasque a tout fait basculer. La structure gonflable s’est envolée et s’est retournée avant de retomber. Les deux enfants ont été blessés dans le choc. Le petit garçon souffre d’une fracture du fémur. La fillette a été plus légèrement blessée. Mais en s’écrasant, le château a également heurté deux adultes qui regardaient les enfants en train de s’amuser. Une femme âgée de 44 ans, maman du petit garçon de sept ans a été légèrement touchée au bras par le ventilateur de la structure. Un homme de 33 ans a reçu un coup à l’épaule. Les deux enfants et la maman seront évacués vers le centre hospitalier de Montauban. L’homme, lui, a été dirigé vers la clinique du Pont de Chaume, avant d’en ressortir en fin d’après-midi.

«ça s’est passé très vite. On n’a pas eu le temps d’intervenir. Le coup de vent a même soulevé le châpiteau de la buvette», raconte Stéphanie qui vendait des crêpes à une vingtaine de mètres du château.

La structure regonflée

Outre de nombreux secours (pompiers d’Albias et Montauban, SMUR de Montauban), les gendarmes sont également intervenus sur les lieux. Très vite, l’enquête a démarré sur l’expertise de la structure gonflable. Philippe Romain, l’organisateur de la fête avait loué le château. Son propriétaire était venu l’installer samedi. Le jeu était ensuite libre d’accès, avec un petit panneau indiquant : «Placé sous la responsabilité des parents.»

Dès la fin de l’après-midi, les gendarmes ont regonflé la structure pour comprendre les circonstances exactes de l’accident. Ils ont également regardé les attaches qui n’étaient visiblement pas assez solides pour résister à un fort coup de vent.

Depuis neuf ans, la fête des vendanges attire autour de 8 000 visiteurs durant la journée. Hier, jusqu’à l’accident, c’était un excellent cru, avec du soleil et plus de 800 repas des vendanges servis en plein air, à midi. Une montgolfière s’apprêtait même à proposer des baptêmes dans l’après-midi.

Un avion atterrit en urgence sur la rocade d’Albi

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 03-09-2013

Étiquettes :

0

La scène est digne d’un film d’action ! Samedi 31 août, dans l’après-midi, un avion de tourisme s’est posé sans encombre sur la rocade d’Albi (Tarn)… à la grande surprise des automobilistes.

Tout commence par une banale panne de moteur : l’appareil vient de larguer des parachutistes et fait route vers son aéroport de destination lorsque le pilote constate le dysfonctionnement. Expérimenté, il tente d’abord de faire planer l’engin jusqu’à la piste mais se retrouve finalement contraint de le poser plus tôt, effectuant un atterrissage audacieux sur la rocade, en pleine heure de pointe !

Une belle frayeur pour les automobilistes, mais par chance l’avion n’a heurté aucun véhicule. Malgré cet atterrissage peu banal, le pilote raconte dimanche matin sur RTL ne pas avoir eu peur : « La circulation était peu dense. L’avion s’est arrêté dans l’axe. J’ai essayé tout de suite de réguler la circulation, et j’étais gêné de provoquer un bouchon. »

Un camion de pompiers se renverse en partant au feu à Sartène

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 03-09-2013

Étiquettes :

0

Les dégâts se comptent heureusement en tôle froissée et gestion difficile de la circulation sur un axe fréquenté et sans possibilité de délestage. Mais les conséquences de l’accident qui s’est produit, hier, vers 18 heures, route de Tizzano, auraient pu être bien plus graves.

Il y a quelques semaines à peine, un camion de la Sécurité civile se rendant sur les lieux d’un incendie en Haute Corse avait connu pareil sort. Avec des conséquences humaines pour les secouristes.

Hier, la pression incendiaire a une nouvelle fois failli avoir des répercussions « hors végétation brûlée ». Déjà sollicités en fin de matinée pour un incendie dans le secteur, les pompiers du Rizzanese ont répondu en fin d’après-midi à un signalement pour une fumée suspecte sur la zone de Tizzano.

Aussitôt un camion incendie part route de Tizzano. C’est là, pour une raison qui reste à déterminer que l’engin va se renverser.

Pas de blessés cette fois mais une chaussée obstruée et de la patience demandée aux usagers de l’axe le temps de pouvoir dégager la voie. Mais cet accident est peut-être l’occasion de rappeler que les incendies ne meurtrissent pas que la nature. Et que la pression incendiaire qui s’exerce sur l’île avec des mises à feu bien souvent volontaires, est aussi une mise en danger de la vie d’autrui.

Avec en l’occurrence, en première ligne les sapeurs-pompiers et autres soldats du feu qui chaque jour prennent des risques pour combattre ces comportements.

Sauver ou périr, la devise d’une vocation. Mais ils sont déjà trop nombreux en France à avoir péri par la faute des comportements inciviques ou criminels de quelques-uns…

A bon entendeur.

Lille : un balcon s’effondre, 13 blessés

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 03-09-2013

Étiquettes :

0

 

C’est au cours d’une fête d’anniversaire qui accueillait une cinquantaine de personnes qu’un balcon du 1er étage d’une habitation de la rue Jeanne d’Arc à Lille s’est effondré ce lundi soir.

Environ une dizaine de personnes se trouvaient sur le balcon quand il s’est effondré. 4 mètres de chute. 13 personnes ont été prises en charge par les secours.

Les blessés ont fini d’être évacués de l’intérieur de la maison, vers 22h30 la terrasse s’étant effondrée côté cour. Les plus graves blessures sont des fractures ouvertes mais aucun pronostic vital n’est engagé.

En revanche le dispositif de secours est important, une vingtaine de véhicules de pompiers et les SMUR de Lille et d’Armentières. Le secteur de la rue Gauthier de Châtillon, rue Jeanne d’Arc et place du Temple a été bouclé.