Article en vedette

Accident à Disneyland : « Si je n’avais pas sauté, je serais

  «À une seconde près, j’étais mort ». Cédric Camus est encore sous le choc. Samedi après-midi, il a sauté d’un manège au Parc Disneyland Paris à Marne-la-Vallée. pour sauver sa vie. il est 14 heures lorsque le jeune marié de 26 ans habitant Braine (entre Soissons et Reims),...

Lire plus

scurit incendie

Un pompier de la grande motte pris à 180 km/h dans une voiture volée

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie, Faits divers | Publié le 31--2011

Étiquettes : , , ,

0

Quatre mois de suspension : voilà ce dont vient d’écoper un sapeur-pompier professionnel du centre de secours de La Grande-Motte. Une décision prise par sa hiérarchie à la suite de faits qui se sont déroulés dans la nuit du 19 juillet dernier. cette nuit-là, ce sous-officier (il est sergent) circulait sur l’A 9 dans le Gard lorsqu’il a été contrôlé, roulant à un confortable 180 km/h. Les gendarmes de la Brigade rapide d’intervention (BRI) l’ont donc pris en chasse avec leur Subaru.

Mais malgré ce, le sapeur a refusé d’obtempérer et poursuivi sa route. Jusqu’à ce que les militaires finissent par arriver à le faire stopper. Lors du contrôle, il a d’abord donné une fausse identité à ces derniers. Des militaires qui se sont également rendu compte que sa voiture (acheté il y a un an environ) avait été déclarée volée et qu’elle circulait munie de fausses plaques.

Ce que le conducteur – qui fait également partie de la réserve au sein de la Gendarmerie nationale – semblait ignorer. Reste que, pour ces faits, il a été entendu et devra s’expliquer, au mois de janvier prochain, devant la justice. Le lendemain des faits, le Service départemental d’incendie et de secours de l’Hérault a donc décidé de le suspendre via un arrêté de suspension conservatoire, « dans l’attente de la décision judiciaire », précise le colonel Christophe Risdorfer, le directeur du Sdis.

Et l’officier d’ajouter : « Il n’est pas question que nous cautionnions de tels comportements, même s’ils sont privés. Il y a une certaine éthique à respecter, même quand on est sapeur-pompier ». Sachant que ledit sapeur avait déjà reçu un avertissement, puis un blâme, à la suite d’incidents en interne.