Article en vedette

En fauteuil roulant, elle s’engage sur l’A40

Les témoins de la scène et les secours n’en sont pas encore revenus. Elle s’est déroulée lundi, en début d’après-midi et aurait pu tourner au drame. Il est 14 h 50 lorsqu’une patrouille de la police municipale de Mâcon revient de Saint-Jean-le-Priche (Saône-et-Loire). À la hauteur de...

Lire plus

scurit incendie

Nice: Six pompiers en intervention agressés par des individus cagoulés.

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie | Publié le 31--2010

Étiquettes : ,

0

Six pompiers qui intervenaient sur un feu de poubelles mercredi soir à Nice ont été agressés à l’aide d’un engin explosif lancé par des individus cagoulés, a-t-on appris jeudi auprès de pompiers et du conseil général des Alpes-Maritimes.

«A la base, c’était un banal feu de poubelles. Par la suite, c’est devenu le traquenard… » Face à une flopée de micros et caméras massés dans la caserne Bon-Voyage hier, le sergent-chef Georges Rospert est venu raconter le calvaire vécu la veille par lui et ses hommes. Dire comment ces six sapeurs-pompiers venus éteindre un incendie (1), dans ce quartier sensible de Nice-est, ont été accueillis par une dizaine de jeunes masqués et sous une pluie de projectiles. L’un d’eux était un engin explosif. Et il a bel et bien explosé, obligeant les soldats du feu à battre en retraite, choqués et victimes de traumatismes auditifs.
« Tentative d’assassinat »
« Un acte inqualifiable », selon le préfet Francis Lamy. « Des faits qui auraient pu tuer », pour le président du service départemental d’incendie et de secours (Sdis), Eric Ciotti. « Une tentative d’assassinat », tonne le maire de Nice, Christian Estrosi.
Hier soir, dans cette même caserne Bon-Voyage, les pouvoirs publics ont condamné cette agression d’une seule voix. Pour dire l’émotion suscitée et mieux faire entendre la riposte. A fortiori à la veille d’une nuit de Saint-Sylvestre traditionnellement “chaude”…
Quel engin a donc explosé aux tympans des pompiers avant-hier? L’enquête devra le déterminer. Selon les premiers témoignages, il pourrait s’agir d’une bombe de type agricole. De quoi remuer un douloureux souvenir pour les pompiers niçois : c’est ainsi que l’un des leurs avait eu deux doigts arrachés, sur la pelouse du stade du Ray, fin 2006 lors d’un match Nice-OM.
Cette fois-ci, « il y a eu un souffle manifestement important », indique Eric Ciotti. Une explosion suffisamment puissante pour envoyer aussitôt les six pompiers à l’hôpital, tous victimes d’acouphènes. Quatre d’entre eux ont une interruption temporaire de travail supérieure à huit jours. Mais c’est toute la famille des soldats du feu qui a été affectée.
Renforts de police
Pour autant, les agressions graves sur des pompiers en intervention sont en baisse, explique le préfet des Alpes-Maritimes : « 33 cas l’an dernier, 25 à l’heure qu’il est. 25 de trop », précise Francis Lamy pour qui, malgré tout, « la sécurisation des pompiers commence à porter ses fruits. Il faut que policiers et gendarmes puissent les accompagner le plus rapidement possible, sans que cela ne retarde les interventions. »
Illustration à Bon-Voyage. Dès hier soir, la surveillance devait y être renforcée par la présence de la brigade anticriminalité (Bac) et de la brigade de proximité de l’Ariane. Le dispositif de sécurité spécial Saint-Sylvestre devrait être adapté lui aussi. Mais Francis Lamy en appelle surtout à la responsabilité des parents.
Peine exemplaire
Les politiques, quant à eux, se tournent à présent vers la justice. Eric Ciotti a porté plainte, au nom du Sdis 06, auprès du procureur de la République. « Il faut que la chaîne pénale se mobilise pour que la réponse soit à la hauteur des faits commis, estime le député, rapporteur de la loi sur la sécurité intérieure Loppsi 2. Je crois à l’exemplarité de la peine et à la prison ferme. »
A son tour, Christian Estrosi met en garde les magistrats contre toute clémence, « pas le meilleur signe à envoyer ». En tant que député, il entend proposer, dès janvier, d’abaisser la majorité pénale à 16 ans. Pour l’heure, la sûreté départementale, en charge de l’enquête, a libéré deux mineurs qui avaient été interpellés au cours de la nuit des faits.