Article en vedette

Une femme se défenestre d’une maternité, son nouveau-né tué

Une jeune femme d’origine ukrainienne s’est jetée mercredi matin avec sa fille âgée de quatre jours par la fenêtre de sa chambre, située au deuxième étage d’une maternité de Lormont (Gironde), provoquant la mort du nouveau-né alors que la mère était toujours dans un état critique...

Lire plus

scurit incendie

Rennes. Ivres, les étudiants avaient volé un camion de pompiers

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 28--2012

Étiquettes :

0

Âgés de 20 ans, ils ont été condamnés, hier, par le tribunal correctionnel de Rennes à des travaux d’intérêt général… dans une caserne de pompiers.

À la barre du tribunal correctionnel de Rennes, hier après-midi, Charlotte et Valentin (1) sont penauds. Pas vraiment des habitués des salles d’audience. Amis, ils sont tous les deux âgés de 20 ans. Valentin attend d’entamer une formation. Charlotte, elle, est étudiante en communication. Elle n’a pas dit à ses parents qu’elle était jugée pour avoir volé un camion de pompiers un soir d’ivresse.

Les faits remontent à la nuit du samedi 29 au dimanche 30 septembre. Charlotte et Valentin passent la soirée avec des amis, place de la Mairie, à Rennes. Une soirée bien alcoolisée. Lui boit environ un demi-litre de vodka. Elle, deux litres de bière. Vers 3 h, les deux amis prennent la direction de la caserne de pompiers de Saint-Georges.

Sirène hurlante sur la rocade

Après avoir visité les locaux de la caserne, volé des lunettes de plongée et le bip d’un pompier dans un casier, ils s’installent dans le fourgon des plongeurs. La clef est sur le contact. Valentin démarre. À la sortie du parking, la barrière s’ouvre automatiquement. « Pour que les pompiers agissent le plus rapidement possible en cas d’intervention », a précisé, hier, l’avocate du Service départemental d’incendie et de secours (Sdis).

Les deux amis entament un rodéo d’environ une heure. Valentin conduit en ville et sur la rocade de Rennes. Charlotte s’amuse avec le gyrophare et la sirène. La camionnette fait des embardées. Le conducteur roule avec un taux de 1,9 g d’alcool par litre de sang. Il heurte un trottoir. Explose un pneu. Le camion roule un moment sur la jante. Boulevard de Verdun, les policiers, doublés par le camion, mettent fin au périple des deux jeunes.

« Les pompiers paralysés »

Jugés pour vol en réunion, conduite en état alcoolique et mise en danger de la vie d’autrui, les deux prévenus ont « honte » à la barre du tribunal. En garde à vue, Valentin a expliqué que, pour lui, conduire un camion de pompiers est « un rêve de gosse ».

Le procureur est en colère : « Les pompiers ont été paralysés, bloqués dans leur mission de service public. ». « Il y a eu un certain émoi dans la caserne », ajoute la partie civile.

« Ils ont eu énormément de chance qu’il n’y ait pas de blessé, reconnaît Me Bénédicte Gosselin pour la défense. Un rêve de gosse à ce prix-là ? Non ! » L’avocate évoque un « incident de parcours intolérable » et suggère même un travail d’intérêt général (Tig).