Article en vedette

Il crée un accident et s’en prend aux pompiers

LESQUIELLES-SAINT-GERMAIN – L’épopée matinale d’une bande de jeunes revenant de soirée dimanche matin s’est finie par un accident et une agression de pompiers. « Mon père a entendu le bruit. Il a regardé par la fenêtre, et vu que sa voiture ne s’y trouvait plus », témoigne...

Lire plus

scurit incendie

La maison explose : dix blessés dont un grave

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 03--2013

Mots-clefs :

0

Il était 18h15, hier soir, lorsque la dernière victime a pu être extraite des décombres de la maison située au n°102b de la rue Jean-Burger, à Saint-Julien-lès-Metz. L’homme était enseveli sous une dalle de béton et des gravats depuis 14h30, heure à laquelle la maison a été dévastée par une explosion, vraisemblablement due au gaz.

« Nous avons entendu une grosse déflagration et le souffle nous a couchés au sol. » Ce voisin qui ramassait des mirabelles dans son jardin avec son épouse a porté les premiers secours aux habitants avec d’autres voisins et des automobilistes de passage. Arrivés sur place à 14h40, les pompiers ont pris le relais, dépêchant sur place de très nombreux moyens.

Début d’incendie

« C’est une grosse maison individuelle sur trois niveaux, rez-de-jardin, rez-de-chaussée et un étage, qui a été redécoupée pour abriter dix petits logements. Il ne s’agissait donc pas d’un habitat familial mais plutôt de personnes résidant seules ou en couple », a détaillé, en fin d’après-midi, le lieutenant-colonel Laurent Perrin, qui a dirigé les opérations de secours avant l’arrivée sur place du colonel Bernard Franoz, directeur des Services de secours et d’incendie (Sdis) de la Moselle.

« Les premiers pompiers qui sont arrivés sur place ont dû faire face à un début d’incendie, rapidement maîtrisé », a poursuivi le lieutenant-colonel Perrin. Au total, dix victimes, huit hommes et deux femmes, dont la plus âgée a 72 ans, ont été dénombrées par les sauveteurs. « Plusieurs personnes qui se trouvaient à l’intérieur du bâtiment ont pu se dégager par leurs propres moyens ou avec l’aide des voisins, s’échappant vers la rue ou par le jardin donnant sur l’arrière de la maison. Ensuite, nous avons dégagé deux autres personnes assez facilement. »