Article en vedette

Paris : treize personnes évacuées et un pompier blessé dans un ince

Un violent incendie s’est déclaré, ce samedi 17 novembre, vers 10 h 30 dans un immeuble de quatre étages, situé au numéro 14 de la rue de Domrémy dans le XIIIe arrondissement à Paris. Treize personnes, dont cinq enfants ont été rapidement évacués des lieux par les sapeurs-pompiers de...

Lire plus

scurit incendie

Les pompiers ne veulent plus payer l’autoroute

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 26--2012

Étiquettes :

0

Quand ils utilisent les autoroutes pour secourir le plus rapidement possible des personnes, les pompiers aujourd’hui paient s’il y a un péage. Une situation qui doit changer, estime le sénateur UMP, Christophe Béchu, qui a déposé une proposition de loi pour imposer la gratuité. «Ces hommes qui exercent bénévolement une mission de service public ne doivent pas verser leur obole pour secourir nos concitoyens», indique ce dernier, qui en préparant ce texte en fait une affaire de principe.

À ce jour, les textes signalent qu’en cas d’intervention sur le réseau autoroutier pour secourir des victimes, la gratuité s’impose. Mais si l’autoroute est utilisée pour prêter main-forte à une personne en dehors du réseau, les SDIS (les services départementaux d’incendie et de secours) paient le péage. «Et cela se chiffre en plusieurs milliers d‘euros chaque année pour chacune de ces structures»d, ajoute le sénateur.

«Doute sur la qualité du service»

Si bien que dans le cadre d’une bonne gestion et «dans un contexte difficile pour l’équilibre des finances publiques», il est demandé, à chaque fois, aux équipes d’intervention de réfléchir à leur itinéraire. Le chef d’agrès du véhicule de secours doit en effet juger du degré d’urgence et choisir d’emprunter ou non l’autoroute. «Une situation que les victimes et leurs proches ne comprennent absolument pas», souligne le parlementaire. Pourquoi faire un long trajet quand on peut faire court pour rejoindre un hôpital et soulager une personne…. «Cette situation, par ailleurs, peut faire planer un doute sur la qualité du service de secours dans l’esprit de nos concitoyens», ajoute le sénateur.

Pour ce dernier, la gratuité qui soulagerait les finances des SDIS ne constituerait guère, de surcroît, un gros sacrifice pour les sociétés concessionnaires d’autoroutes «à la situation financière globalement saine».