Article en vedette

Deux pompiers volontaires tués par une camionnette dans la Somme

Les pompiers d’Abbeville sont en deuil, après la perte de deux des leurs, hier. Alors qu’ils circulaient à moto, deux jeunes sapeurs-pompiers volontaires heurtent de plein fouet un fourgon qui sortait de sa place de stationnement. Ils sont décédés sur le coup. Le chauffeur du fourgon...

Lire plus

scurit incendie

Pompiers : fini le tout gratuit

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie | Publié le 28--2011

Étiquettes : , , ,

0

 

Vous étiez jusqu’à main­tenant habitués aux pom­piers et peut-être attachés à la mis­sion de “ser­vice pub­lic” qui leur incom­bait. Mais pour faire face à la mon­tée des deman­des d’interventions pour la destruc­tion de nids de guêpes ou le déblocage d’ascenseurs, le Ser­vice Départe­men­tal d’Incendie et de Sec­ours (SDIS) vient de changer la donne, en annonçant la fac­tura­tion de cer­taines mis­sions jugées de “confort”.

Si le “18” fait par­tie des numéros chers aux français, les pom­piers reçoivent un nom­bre d’appels crois­sant, qui aug­mentent con­sid­érable­ment leurs frais de fonc­tion­nement et ne relèvent pas for­cé­ment de “cas d’urgence”. Pour Bertrand Devys, vice-président du con­seil général des Yve­lines et prési­dent du SDIS “les sapeurs-pompiers sont des salariés et il faut met­tre du car­bu­rant dans les véhicules. […] Ce ne sont pas les con­tribuables qui doivent sup­porter ce genre d’intervention, c’est le béné­fi­ci­aire qui doit payer la presta­tion.”*

Bien sou­vent, les pom­piers sont appelés par réflexe, alors que d’autres solu­tions pour­raient être utilisées, moins onéreuses pour la com­mu­nauté. En effet, des moyens impor­tants sont à chaque fois mobil­isés (hommes et véhicules) ce qui fait grimper la note. Des per­son­nes souf­frant d’un léger malaise ou d’une douleur à l’abdomen en oublient de con­sul­ter leur médecin général­iste, pour­tant par­faite­ment com­pé­tent en la matière. Quant à cer­taines inter­ven­tions, elles relèvent plus du domaine des arti­sans ou de spé­cial­istes : destruc­tion de nids de guêpes (con­tac­ter une société spé­cial­isée), déblocage d’ascenseurs (con­tac­ter un ascen­soriste), per­sonne à la porte de leur habi­ta­tion du fait d’une porte claquée (con­tac­ter un ser­rurier ou votre ).

Afin de recen­trer les actions des pom­piers sur des mis­sions de ser­vice pub­lic à fort degré d’urgence, cer­tains actes devi­en­nent donc payants. A vous de juger désor­mais si vous souhaitez tou­jours faire appel au 18 ou passer directe­ment par un ser­vice spé­cial­isé (ascen­soriste, ser­rurier, médecin…). Bien entendu, en cas de prob­lèmes que vous jugez graves (symp­tômes d’une crise car­diaque ou autres prob­lèmes de santé néces­si­tant un traite­ment sans attente,  incendie, acci­dent de la route … n’hésitez pas à com­poser le 18, les pom­piers per­me­t­tant d’avoir une prise en charge rapide et un excel­lent niveau de service.

Tar­i­fi­ca­tion des actes :

  • Destruc­tion d’un nid de guêpes : 110 €
  • Trans­port à l’hôpital : 105 € (hors urgence)
  • Ascenseur blo­qué : 330 €
  • Clés restées dans la ser­rure et per­sonne blo­quée à l’extérieur : 440 € pour l’ouverture de la porte

*source : Le Parisien 21–02-2011