Article en vedette

Un huitième pompier décède dans les feux de forêt au Portugal

Un pompier de 25 ans a succombé à ses blessures, au Portugal. 70 à 80% de son corps avait été brûlé, lors d’une intervention dans un feu de forêt début août, au Portugal. Le bilan des pompiers morts dans les flammes s’aggrave au Portugal, avec déjà 8 décès, cette année. Les...

Lire plus

scurit incendie

Un pompier de la grande motte pris à 180 km/h dans une voiture volée

Publié par C.alertis | Classé dans Articles sécurité incendie, Faits divers | Publié le 31--2011

Étiquettes : , , ,

0

Quatre mois de suspension : voilà ce dont vient d’écoper un sapeur-pompier professionnel du centre de secours de La Grande-Motte. Une décision prise par sa hiérarchie à la suite de faits qui se sont déroulés dans la nuit du 19 juillet dernier. cette nuit-là, ce sous-officier (il est sergent) circulait sur l’A 9 dans le Gard lorsqu’il a été contrôlé, roulant à un confortable 180 km/h. Les gendarmes de la Brigade rapide d’intervention (BRI) l’ont donc pris en chasse avec leur Subaru.

Mais malgré ce, le sapeur a refusé d’obtempérer et poursuivi sa route. Jusqu’à ce que les militaires finissent par arriver à le faire stopper. Lors du contrôle, il a d’abord donné une fausse identité à ces derniers. Des militaires qui se sont également rendu compte que sa voiture (acheté il y a un an environ) avait été déclarée volée et qu’elle circulait munie de fausses plaques.

Ce que le conducteur – qui fait également partie de la réserve au sein de la Gendarmerie nationale – semblait ignorer. Reste que, pour ces faits, il a été entendu et devra s’expliquer, au mois de janvier prochain, devant la justice. Le lendemain des faits, le Service départemental d’incendie et de secours de l’Hérault a donc décidé de le suspendre via un arrêté de suspension conservatoire, « dans l’attente de la décision judiciaire », précise le colonel Christophe Risdorfer, le directeur du Sdis.

Et l’officier d’ajouter : « Il n’est pas question que nous cautionnions de tels comportements, même s’ils sont privés. Il y a une certaine éthique à respecter, même quand on est sapeur-pompier ». Sachant que ledit sapeur avait déjà reçu un avertissement, puis un blâme, à la suite d’incidents en interne.