Article en vedette

La dame de 69 ans reste enfermée 3 semaines dans sa salle de bain

Un nouveau drame de la solitude. Aux alentours du 1er novembre, une femme de 69 ans s’est enfermé accidentellement dans la salle de bain de son domicile d’Epinay-sous-Sénart (Essonne). Elle est y restée trois semaines a-t-on appris mardi de source policière, confirmant une information...

Lire plus

scurit incendie

Rennes. La grogne monte chez les sapeurs-pompiers professionnels

Publié par C.alertis | Classé dans Faits divers | Publié le 31--2013

Étiquettes :

0

Rennes. La grogne monte chez les sapeurs-pompiers professionnels

Le Service départemental d’incendie et de secours d’Ille-et-Vilaine (SDIS 35) lance dès la semaine prochaine une campagne de recrutement de pompiers volontaires. Une action qui n’est pas au goût des professionnels.

« Nous avons besoins de représentants parmi la population qui permettra de relayer les gestes de prévention. Les pompiers professionnels craignent que les volontaires prennent leur place mais au contraire, ils sont là pour les aider », estime le Colonel Pierre Patet, directeur départemental d’incendie et de secours, lors d’une conférence de presse qui se tenait ce matin, au centre de secours de Beauregard, à Rennes.

Tout près de là, les sapeurs-pompiers professionnels sont justement en assemblée générale. Avec leurs syndicats, ils font entendre leur désaccord bruyamment, avec pétards et fumigènes.

Rien contre les pompiers volontaires mais…

« Nous savons bien qu’il y a un manque réel de pompiers, mais nous préférerions que ce soit des professionnels qui soient embauchés. Des jeunes ont perdu la validité de leur concours parce qu’ils ne trouvaient pas de poste, estime Sébastien Lambert, pour la CGT. Il serait préférable de sortir des pompiers du chômage plutôt que d’employer des volontaires qui ne cotiseront pas pour leur retraite ».

Des capacités d’interventions équitables

Du côté de la Fédération Autonome il y a également un autre problème. « Bien sûr, nous ne sommes pas anti-volontaires mais il y a un manque d’effectif, estime Maxime Mariau, représentant syndical. La capacité d’intervention n’est pas la même dans tout le département. Il y a des zones noires dans toute l’Ille-et-Vilaine ».